Négligence médicale: un couple obtient des dommages de Rs 3 millions

Avec le soutien de
Ethan belloquet avait été admis à l’hôpital A.G Jeetoo en 2011.

Ethan belloquet avait été admis à l’hôpital A.G Jeetoo en 2011. 

Le couple Belloquet avait réclamé Rs 10 millions. Et il a obtenu des dommages de Rs 3 millions. Le jugement a été prononcé le 2 août, par la juge Gaytree Jugessur-Manna. Le ministère de la Santé, l’État et le Dr I. Mungur ont été reconnus coupables de négligence médicale sur le petit garçon du couple Belloquet.

Les faits remontent à 2011. Ethan Belloquet a été emmené à l’hôpital Jeetoo, à Port-Louis, le 18 juin. Il était dans un état fiévreux et était inconscient. Après avoir quitté l’hôpital quelques mois plus tard, il se retrouve confiné à son lit. Désormais, il ne peut plus parler, souffre d’un retard mental et a des problèmes de motricité. Pour le reste de sa vie, il aura besoin de traitements médicaux. La maman dit avoir informé le personnel soignant, à l’hôpital, de l’état de son fils ce jour-là. Lors du procès, elle a informé la juge que le personnel soignant lui a dit, à propos de son fils, «ki li finn gagn kriz epilepsi»

Ethan a reçu du valium et des médicaments pour la crise d’épilepsie diagnostiquée, après son admission en salle. Vers minuit, le même jour, il a fait une crise. La maman reproche au personnel soignant d’avoir lié les mains et les pieds de son fils.

Aucun médecin n’est venu examiner le garçon de 2 h 00 à 6 h30 du matin, le 19 juin 2011. Entre-temps, le petit Ethan a été conduit à l’unité des soins intensifs. Dans sa déposition lors du procès, le Dr Mungur dit avoir examiné le petit en premier, le 18 juin 2011. Le médecin a indiqué que ses instructions étaient de ne pas donner à manger ou à boire au petit Ethan mais seulement les médicaments et traitements qui lui ont été prescrits.

Le Dr Mungur n’accepte pas le fait qu’il y a eu négligence médicale. Selon lui, le patient a eu les traitements nécessaires de la part du personnel soignant. La juge note qu’aucun infirmier ou infirmière n’a été appelé à témoigner. Les plaignants soutiennent que les médecins et le personnel soignant présents dans la nuit du 18 au 19 juin 2011 ont tous été négligents et ont fait preuve d’un manque de professionnalisme.

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires