Il y a 19 ans: Olivier Bancoult traîne le gouvernement britannique en cour

Avec le soutien de
Olivier Bancoult est le dirigeant du Groupe réfugiés Chagos.

Olivier Bancoult est le dirigeant du Groupe réfugiés Chagos.

Le 15 juillet 2000, Olivier Bancoult, le leader du Groupe Réfugiés Chagos s'envole pour l'Angleterre. Il s'en va assister à une audience qui s'ouvre le 17 juillet à la Haute Cour de Londres.

En effet, le jeune Chagossien, conseillé par des juristes mauriciens, conteste la légalité l'Immigration Ordinance britannique de 1971. Cette loi interdit aux Chagossiens de revenir dans leurs îles natales. En vertu de cette législation personne ne peut avoir accès à l'archipel des Chagos, excisé du territoire mauricien en 1965 et connu comme le British Indian Ocean Territory (BIOT), sans l'aval des autorités britanniques.

En 1998, une demande de Bancoult pour accéder à son île natale avait été rejetée. Soutenu par 16 autres Chagossiens, il avait alors présenté une requête pour une «Judicial review» de la décision des autorités britanniques. En mars, 1999, la cour agréé à sa demande. L'audience du 17 juillet 2000 découle de cette décision.

Aujourd'hui, presque 20 après, cette démarche, initiée à l'époque par Bancoult, est toujours d'actualité. Le Premier ministre, Pravind Jugnauth,  a déclaré la semaine dernière qu'il envisage un voyage aux côtés des Chagossiens dans leur archipel natal.

Ce projet s'insère dans une démarche de revendication de souveraineté mauricienne sur les Chagos. Il fait suite au récent vote des Nations Unies dans ce sens. Cela a fait monter la température dans les relations entre Maurice et la Grande-Bretagne. 

La lutte des Chagossiens pour le droit de retourner librement dans leurs îles natales avait débuté, il y a un peu plus de deux décennies.

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires