Assemblée nationale: la motion sur l’inclusion des Chagos dans une circonscription adoptée

Avec le soutien de
La motion du Premier ministre a été adoptée, tant de la part de la majorité que de l’opposition, ce vendredi 12 juillet, au Parlement.

La motion du Premier ministre a été adoptée, tant de la part de la majorité que de l’opposition, ce vendredi 12 juillet, au Parlement.

Pravind Jugnauth a fermé les débats, relativement consensuels, sur l’inclusion des Chagos dans une des circonscriptions électorales de la République mauricienne. La motion a été adoptée, ce vendredi 12 juillet, à l’Assemblée nationale, vers 21 h 15.

Le Premier ministre est revenu sur les critiques émises quant au fait que les Chagossiens n’avaient pas été consultés. Il a affirmé qu’il avait reçu les propositions du Groupe réfugiés Chagos, demandant d’avoir un représentant au Parlement pour une circonscription à part entière. A ce stade, ce n’est pas possible. Il s’est retranché derrière l’Electoral Boundaries Commission. «Ce sera à la commission d’écouter toutes les propositions (…) Aujourd’hui, physiquement, ce n’est pas possible

Il a également nié pouvoir intervenir auprès de la commission pour décider dans quelle circonscription l’archipel, incluant Diego Garcia, pourrait être intégré. «Comme pour Agalega à l’époque, l’Assemblée nationale ne peut décider. Ce serait terrible.» Cependant, la Constitution ne permet pas à l’Electoral Boundaries Commission d’ajouter une circonscription.

Merci l’Inde

Au sujet d’Agalega justement, répondant aux critiques sur le fait que les députés ne peuvent s’y rendre, Pravind Jugnauth a rétorqué que c’était aussi le cas sous l’ancien gouvernement. Sans compter que c’est risqué d’y aller par air. Du coup, il en a remis une couche pour remercier l’Inde pour la piste d’atterrissage… et la jetée. «Moi-même j’ai voulu rendre visite à Agalega. (…) Merci à l’Inde de faciliter la communication

Et si des citoyens du Commonwealth vivant aux Chagos veulent voter à Maurice (la loi leur permet s’ils ont deux ans de résidence), ce sera une conséquence non-voulue, oui, mais qui confortera la souveraineté de Maurice.

Se sont succédé après 18 heures : Alan Ganoo, député du Mouvement patriotique, Fazila Jeewa-Daureeawoo, vice-Première ministre, Danielle Selvon, députée indépendante (qui a rappelé que les Chagossiens de par le monde étaient divisés), Alain Wong, ministre de l’Intégration sociale, Francisco François, député de Rodrigues (qui a déclaré que les Rodriguais feraient partie du voyage de Maurice aux Chagos), le député travailliste Arvin Boolell (qui a mentionné les flyers sur les Chagos dans l’avion pour le Royaume-Uni), celui de la majorité Mouvement socialiste militant, Bobby Hurreeram, Raj Dayal également du parti soleil, Jean-Claude Barbier, du Mouvement patriotique, Nando Bodha, ministre des Infrastructures publiques et des Affaires étrangères, ainsi que Patrice Armance du Parti mauricien social-démocrate.

La séance a été suspendue pour le diner à 21 h 15 et doit reprendre avec les débats sur le financement politique.

Publicité
Publicité

Un pas de plus a été franchi le 22 mai au Nations unies, avec l’adoption de la résolution visant à mettre en œuvre l’avis consultatif de la Cour internationale de justice (CIJ) en faveur de l’Etat mauricien. Le combat de Maurice pour l’archipel des Chagos devient celui de la communauté internationale. Nous vous proposons tout un dossier sur les divers articles qui ont été publiés sur le sujet. La parole aux Chagossiens, les revendications auprès de diverses instances, ou encore les interventions devant la CIJ et l’Organisation des Nations unies…

D'autres articles »
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires