Kev Adams: pas là pour faire «Sois 10 ans»

Avec le soutien de

C’est une coutume bien de chez nous. Apprendre aux étrangers les mots les plus vulgaires. Et rire de leur prononciation, de leur incompréhension. Et de leur réaction, une fois qu’ils se rendent compte de ce que cela veut vraiment dire. Kev Adams n’a pas fait exception. L’humoriste français était sur la scène du Trianon Convention Centre, samedi soir. Il présentait le one-man show avec lequel il tourne actuellement, «Sois 10 ans».

Lors de sa première visite chez nous, il y a quatre ans, il y est allé mollo, apprenant les plaisirs de la numérologie made in Moris. Aujourd’hui, le sens de 6, 17, 35 et 40 n’a plus aucun secret pour lui. Kev Adams en a fait la démonstration samedi soir.

Il a surtout poussé le bouchon beaucoup plus loin, en matière de vocabulaire kreol morisien. Pour mieux nous faire entrer dans son univers, c’est à coups de «g-g-t», juron typique, mais juron quand même, que l’humoriste a fait rire la salle relativement remplie du Trianon Convention Centre.

Le synonyme «bigul», dérivé de «bugle», trompette en anglais, n’a pas fait exception. Si Kev Adams ne l’avait dit qu’une fois, nous aurions fait «Sois 10 ans» de n’avoir pas compris. Mais l’humoriste a fait de «g-g-t» et de «bigul» une blague récurrente. Les parents accompagnés de jeunes enfants, ont apprécié.

Fort heureusement, les connaissances de Kev Adams ne s’arrêtent pas en dessous de la ceinture. L’humoriste a fait un bon travail de reconnaissance avant d’entrer en territoire pas si inconnu. Il nous avait promis que les premières minutes du spectacle seraient couleur locale. Mais il est allé – avec bonheur -au-delà des clichés. «Votre métro je l’ai vu, mais ce n’est pas un métro, c’est un tram». Vifs applaudissements dans la salle. La référence aux embouteillages dans le centre de l’île ne lui a pas échappé.

L’humour de Kev Adams est rarement politique. Mais à Maurice, il a égratigné quelquesuns de nos politiciens dont Xavier Duval qui se trouvait dans la salle. L’humoriste a raconté que le surnom du leader de l’opposition serait «pomme d’amour» car il entrerait dans «toutes les sauces ». L’humoriste n’a pas raté l’incident “pins lazou” au Parlement. Pour se faire pardonner de ses vannes, Kev Adams a bien voulu faire du «pins lazou» à Xavier Duval.

Sans transition. Si vous voulez vous faire une petite frayeur, il n’y aurait rien de mieux, selon Kev Adams, qu’un appel de la Mauritius Revenue Authority (MRA).

Le spectacle de Kev Adams a aussi fait la part belle à la musique accompagnée de pas de danse. On rallume la salle. «Levez la main ceux qui se sont déjà fait larguer» demande l’humoriste. Lui-même est revenu sur sa relation avec l’ex Miss Univers, Iris Mittenaere.

Spontanément, une jeune spectatrice a raconté comment son copain était parti à l’étranger après trois ans de relation, sans vraiment s’expliquer. Un couple – ensemble depuis sept ans – a confessé un gros défaut : il passe beaucoup de temps sur la Playstation. S’inspirant de ces histoires, Kev Adams en a fait une chanson.

Après le cinéma, la télé ou le doublage de voix, il nous a présenté ce qui aurait pu être le teaser de son prochain album. Un mélange de Dadju et de «Kayak», comprenez Aya Nakamura, qu’il a particulièrement chambré. Kev Adams a même confié que s’il n’était pas humoriste, il aurait été chanteur.

Très famille, il a longuement parlé de ses deux petits frères, l’un de 23 ans, l’autre de 13 ans. Avant de nous attendrir en évoquant la mémoire de son grand-père. Malgré le gros embouteillage à l’entrée du Trianon Convention Centre, ce qui fait que le spectacle a commencé avec plus d’une heure de retard, pour donner le temps aux spectateurs d’arriver – Kev Adams n’avait pas une tête de «maskaro».

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires