Rodrigues: la question du trésor abordée pour la seconde fois au Conseil des ministres

Avec le soutien de
Deux écologistes, en randonnée à Rodrigues en août, y ont découvert trois pans rocheux et un coffre rouillé, entre autres.

Deux écologistes, en randonnée à Rodrigues en août, y ont découvert trois pans rocheux et un coffre rouillé, entre autres.

Son argument: il s’agit du patrimoine de Rodrigues. Raison pour laquelle la Commission des Arts et de la Culture a déjà fait comprendre aux autorités centrales qu’une partie du butin devrait lui revenir. Du moins, si le coffre découvert à Rodrigues en août, par deux écologistes en randonnée, recèle bien un trésor. La question a été abordée pour la seconde fois au Conseil des ministres, hier.

Interrogée par l’express, la commissaire des Arts et de la Culture et également commissaire de la Jeunesse et des Sports, Rose de Lima Edouard-Ravina, a déclaré: «Je ne peux rien dire pour le moment. On travaille sur le dossier.» Dossier qui est sous la responsabilité du ministre mentor, sir Anerood Jugnauth (SAJ), qui cumule aussi le portefeuille de Rodrigues.

D’ailleurs, il semblerait que SAJ et le chef commissaire de Rodrigues, Serge Clair, ont déjà évoqué la question du trésor lors de la visite de ce dernier à Maurice dans le cadre des débats budgétaires. Quant au Premier ministre, Pravind Jugnauth, qui s’est rendu à à Rodrigues ce samedi 6 juillet, il devrait sans doute poursuivre les discussions avec Serge Clair.

Pour rappel, c’est par le plus pur des hasards que ces écologistes ont découvert trois pans rocheux sur lesquels ils ont noté des signes et des marques. Si, au départ, ils penchaient pour des fissures naturelles, les photographies prises et agrandies indiquaient qu’elles avaient été taillées au burin.

Au cours d’un prochain déplacement, l’un d’eux a pu se glisser entre les pans rocheux et photographier la cavité s’y trouvant. L’examen des clichés a révélé la présence d’un coffre rouillé, des restes de corde provenant d’un système de poulie visible, d’une baguette métallique tombée du coffre et en contrebas, ce qui pourrait être une chimère, soit un crâne de chèvre monté sur un corps en métal brillant, possiblement de l’or jaune.

Les hypothèses quant à l’origine du trésor ne manquent pas. La plus plausible serait qu’il s’agirait d’un butin caché par le pirate français Olivier Levasseur, dit «La Buse», et qui aurait échappé à son compatriote, le corsaire Bernardin Nageon de l’Estang, chargé de collecter pour le compte du roi de France les butins cachés par les pirates dans les îles de l’océan Indien.

Les deux écologistes découvreurs du coffre, qui ont retenu les services du cabinet Juristconsult Chambers, ont récemment juré un affidavit faisant état de leur découverte fortuite. D’un point de vue strictement légal, selon l’article 716 du Code civil mauricien, tout «inventeur» a droit à la moitié de tous les objets, artefacts et biens découverts par lui. L’autre moitié doit revenir à l’État mauricien.

Une situation qui ne serait pas au goût de l’administration rodriguaise, qui estimerait qu’elle a droit à une partie du trésor.

«La Buse» et son trésor si convoité

Parmi ceux qui sont dans le secret des dieux entourant le coffre découvert à Rodrigues, certains croient qu’il pourrait être celui caché par Olivier Levasseur, surnommé «La Buse». Ce pirate, né à Calais à la fin du XVIIe siècle est particulièrement célèbre à La Réunion, où il a été exécuté en 1730. On raconte que «La Buse» aurait caché un trésor qui vaut aujourd’hui plusieurs centaines de millions d’euros. Il aurait fait main basse sur ce butin à bord du bateau portugais «La Vierge du Cap» en 1721. Par contre, personne ne sait où il aurait caché ce trésor qui comprendrait des perles, des diamants ou encore de l’or. Il se pourrait qu’il soit à Maurice, aux Seychelles, à La Réunion ou à Rodrigues.

Programme du Premier ministre

Pravind Jugnauth se rend cet après-midi à Rodrigues. Demain, à 9 h 30, il inaugurera la station de dessalement de Pointe-Coton. Puis, direction le ci-metière d’Anse-aux-Anglais où une prière sera dite pour les Chagossiens décédés dans l’île. Et à 13 h 30, il inaugurera le nouveau terminal à l’aéroport.

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires