Gros-Billot: «Kari kot» ou «somon», oui aux «minn bwi» de Padmini

Avec le soutien de
Deux minutes cinq, c’est le temps qu’il faut à Padmini pour vous servir.

Deux minutes cinq, c’est le temps qu’il faut à Padmini pour vous servir.

Il n’y a rien de mieux pour ravir vos papilles si, lors d’une sortie dans le Sud, vous faites halte à Padmini Snack et vous vous restaurez avant de reprendre la route.

Si vous vous promenez dans la région de Gros-Billot et souhaitez déguster un bon bol de minn bwi ou de minn frir, c’est au fast-food de Padmini Bagboot qu’il faut se rendre. Ce petit resto y a pignon sur rue depuis environ huit mois. En peu de temps, Padmini snack a non seulement attiré l’œil mais il s’est aussi bâti une réputation.

Un minn bwi, dépendant du curry qui l’agrémente, coûte environ Rs 50. Ce qui est un prix abordable pour ses clients, assure la gérante des lieux. Elle accueille au quotidien des compatriotes entre 8 h 30 et 20 heures.

«Kari ourit»

Cette habitante de Gros-Billot est une passionnée de la restauration depuis son enfance. Passion qui lui est venue à l’âge de dix ans. Elle passait le plus clair de son temps avec sa mère à la cuisine. Une passion qui ne la quittera plus, si bien qu’elle décide d’en faire son métier.

Le rêve de Padmini Bagboot s’est réalisé en décembre 2018, quand elle a inauguré Padmini Snack à son domicile, plus précisément dans le morcellement du Sugar Investment Trust (SIT). Et c’est avec des larmes de joie qu’elle nous relate son parcours. Elle a fait face à de nombreuses difficultés financières afin de réaliser son rêve et «mo fier monn resi zordi».

«Auparavant, j’habitais à Plaine-Magnien, chez ma mère, et la modification de ma terrasse en un petit snack posait problème, car il n’y avait pas d’espace suffisant.» Mais peu à peu, elle se fait un nom dans la région. Même si Padmini snack se trouve assez éloigné de la route principale, elle a des clients issus de tous les coins du pays.

Âgée de 36 ans, Padmini, propriétaire et gérante du lieu, est une femme sympathique et humble. Elle confie qu’elle est soutenue par son époux. Si la restauration est pour elle une passion, notre interlocutrice concède que ce métier n’est pas de tout repos et que pour gagner sa vie, elle doit consentir à beaucoup de sacrifices au quotidien.

Pour ses préparatifs, elle doit se réveiller vers 5 heures du matin. «Je prépare seulement les curry ; laviann kot, somon, lefwa mouton, satini sevrett.» Elle ajoute que pendant le week-end elle prépare du «kari ourit» et les jours de semaine, uniquement les curry mentionnés avec dans l’après-midi du «halim» et du «poulet à la chapelure».

Plus tard, elle pense améliorer l’emplacement, investir dans la rénovation, changer la décoration intérieure et l’aspect visuel. D’ailleurs, Padmini Bagboot songe à utiliser les réseaux sociaux comme Facebook pour mieux se faire connaître et améliorer sa visibilité.

Si vous passez par Gros-Billot et que l’envie vous prend d’un bon minn bwi, vous pouvez faire un détour par Padmini snack. Dans tous les cas, assurez-vous de commander une boisson glacée et de vous détendre dans la simplicité des lieux tout en ravissant vos papilles. C’est une véritable table d’hôtes.

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires