Santé: une petite infection peut s’avérer éventuellement sévère et mortelle

Avec le soutien de

Il y a actuellement une hausse du nombre d’infections respiratoires aiguës due au changement de température. Celle-ci est une inflammation des voies aériennes secondaire à une agression infectieuse. Une infection respiratoire est qualifiée de haute ou basse selon la partie anatomique atteinte. Selon les dires de médecins, cette infection peut se transformer en bronchite et cette dernière peut s’aggraver en une pneumonie. Mais bronchite et pneumonie tombent dans la catégorie d’infections respiratoires basses. Les médecins nous expliquent.

«La muqueuse de la voie respiratoire haute (c’est-à-dire les cellules les plus superficielles de la paroi) est en continuité avec celle de la voie respiratoire basse, de sorte qu’une infection respiratoire haute se transforme facilement en infection respiratoire basse», explique le Dr Anne-Sophie Jérôme, interne généraliste.

Elle ajoute que le virus de la grippe infecte d’abord la gorge et donne des symptômes d’une rhino-pharyngite aiguë et l’infection se propage ensuite vers les bronches résultant en une inflammation de cellesci, qui donne les symptômes d’une bronchite aiguë. Elle soutient que le maître symptôme est la toux, qui est initialement sèche et qui évolue sur plusieurs semaines.

La toux devient de plus en plus douloureuse, à type de brûlures thoraciques bilatérales et rétro-sternales dessinant l’arbre bronchique. «Une fièvre est souvent présente, signe de la réponse du corps à l’infection. En général, cette fièvre doit disparaître en trois jours, alors que les autres symptômes s’estompent en une dizaine de jours», avance le médecin.

L’évolution de la bronchite aiguë est donc le plus souvent spontanément favorable et ne nécessite en général qu’un traitement permettant de soulager les symptômes. Néanmoins, la consultation auprès d’un médecin reste justifiée et l’automédication est fortement déconseillée.

D’aiguë à chronique

Les principaux agents responsables de la bronchite aiguë sont des virus à tropisme respiratoire tels que le rhinovirus, le virus influenza (virus de la grippe), l’adénovirus, le virus respiratoire syncytial, et le virus para-influenza, entre autres. Dans certains cas, les bronchites aiguës virales peuvent se compliquer secondairement d’une surinfection bactérienne.

Les personnes souffrant d’une pathologie respiratoire chronique, telles que les asthmatiques, mais aussi les fumeurs qui ont souvent une bronchopathie chronique, sont plus vulnérables lorsqu’elles contractent une bronchite aiguë. Les personnes âgées et les enfants en bas âge sont aussi plus à risque, tout comme ceux qui souffrent d’une maladie chronique telle que l’insuffisance rénale, ou les personnes immunodéprimées.

De l’autre côté, le Dr Nolwenn Davy, consultant pulmonologiste, explique que la bronchite est bien une inflammation des bronches, c’est-à-dire des voies aériennes. Elle se traduit par une toux, des secrétions et un gêne respiratoire voire un essoufflement. «La bronchite est d’origine infectieuse mais peut également être provoquée par des agents irritants tels le tabac, les polluants atmosphériques comme les particules fines de diesel et de carbone. Lorsqu’elle est d’origine infectieuse elle peut être provoquée par un virus ou une bactérie», ajoute-t-elle.

La consultante pulmonologiste explique que la baisse de température n’est pas en elle-même la cause de la bronchite mais les périodes de changement de saison sont favorables à la propagation des virus et donc, par là-même, à la survenue d’infections respiratoires comme la bronchite. «La bronchite aiguë est un épisode de survenue brutale le plus souvent d’origine infectieuse virale et ne dure que quelques semaines au plus. La bronchite chronique est, elle, une tout autre maladie liée à une exposition régulière à un agent irritant tel que le tabac.» Elle précise qu’une bronchite aigue ne se transforme pas en bronchite chronique.

Elle mentionne par ailleurs que la toux sèche est irritante et sans sécrétion et la toux grasse se traduit par la présence de sécrétions dans les bronches ou phlegmes que l’on évacue en toussant. Lors de la bronchite aiguë virale, on a souvent une première phase de toux sèche puis grasse.

Le Dr Nolwenn Davy avance qu’une bronchite peut s’aggraver en pneumonie, d’une pneumonie stade où l’infection atteint le poumon. Les alvéoles pulmonaires sont touchées par l’infection. Mais, souligne-t-elle, une infection plus sévère que la bronchite peut se compliquer avec une insuffisance respiratoire aiguë et s’avérer mortelle, même chez des sujets jeunes sans antécédents médicaux.

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires