JIOI 2019 - Shama Aboobakar: «Je suis reconnaissante d’avoir eu ce vécu qui a grandement contribué à façonner ma personnalité»

Avec le soutien de
Shama Aboobakar.

Shama Aboobakar.

Il y a le regard du journaliste, celui du spectateur, celui de l’entraîneur, celui de l’administrateur ou encore celui du politique. Tous ont quelque chose à dire sur l’exploit sportif. Mais tous ces regards mis ensemble ne remplaceront pas le regard de l’athlète, celui de l’acteur principal de l’événement. «Si mes Jeux des îles… étaient contés» invite les sportifs mauriciens à parler de ce moment qui fut leur moment et qui restera à jamais gravé dans leur mémoire malgré le passage des ans et le renouvellement du rendezvous des îles de l’océan Indien. Les sportifs aussi savent se raconter.

«Chaque édition des Jeux a son propre cachet. Ceux de 2003 avaient été mieux préparés et on sentait beaucoup plus le « build-up» et l’excitation avant l’échéance. Comme s’il y avait quelque chose dans l’air. 

Je me souviens plus particulièrement de la finale du double dames contre nos adversaires, les Seychelloises Juliette Ah Wan et Shirley Etienne. Martine et moi avions perdu contre elles en finale du tournoi par équipe.

En finale du tournoi individuel, nous étions menés au troisième set, 3-13. Le match finit à 15. A 3-13, on a scoré un point pour avoir le service. Je ne sais pas ce qui a provoqué le déclic ni ce qui a fait « tourner » le match mais on s’est battu, on a tout donné sur le court et au final, après une « remontada », on a gagné le match 17-14. C’était incroyable et le stade a littéralement explosé après notre victoire. Je n’oublierai jamais ce sentiment de délivrance. Ce public présent au centre de badminton pendant les Jeux était vraiment acquis à notre cause, un public exceptionnel, généreux et inconditionnel qui a permis à chacun de nous de se dépasser et de donner le meilleur de soi-même.

L’après Jeux a été brusque - des mois à se concentrer uniquement sur un événement, qui prend fin en l’espace de quelque jours, et hop ! retour à la réalité : études, travail etc. Heureusement qu’il y avait d’autres échéances sportives à préparer.

Ce que je retiens des Jeux de 2011, c’est principalement la victoire d’Amrita et de Bhavna Sawaram dans le dernier match du tournoi par équipe. Leur victoire a permis à l’équipe de l’emporter 3-2 contre le pays hôte (Ndlr : les Seychelles). C’était un match fort en émotion et les filles s’étaient vraiment battues. 

L’équipe seychelloise de 2011 était mieux préparée qu’en 2003 et jouer contre les Seychellois aux Seychelles dans un gymnase acquis à leur cause n’était pas chose facile. 

Ma plus grosse déception reste la finale perdue en simple dames. J’avais toutes mes chances mais malgré les années d’expérience, je n’ai pas su gérer la pression devant ce public seychellois. Cette défaite reste à ce jour mon plus grand regret sportif.

Associée à Kiran Baboolall en double mixte, on s’est bien rattrapés pour remporter la finale du double mixte contre une paire seychelloise qui avait été championne d’Afrique.

2015 vit mes derniers Jeux. Je reprenais plus d’un an après avoir raccroché. On m’avait surtout rappelée en renfort. Mais c’était un renfort pas vraiment nécessaire : la sélection était une équipe complète et a ramené les sept médailles d’or en jeu. Pour ma part, je termine avec une médaille d’or et deux de bronze.

Se préparer pour un événement sportif nécessite une préparation particulière. Traditionnellement les Jeux ont toujours eu plus d’importance qu’un championnat d’Afrique. C’est comme nos mini-Jeux olympiques à nous. J’ai fait des sacrifices à tous les niveaux et on persévère quand le moral est bas, quand les blessures persistent et qu’on a l’impression de perdre son temps. On se prépare pendant plus de 1 000 jours pour qu’au  jour-J, on soit au meilleur de sa forme mentale et physique. Au final, être présente, médaillée et faire flotter le quadricolore vaut tous les efforts et je suis reconnaissante aujourd’hui d’avoir eu ce vécu qui a grandement contribué à façonner ma personnalité.

Chaque édition des Jeux a été différente en termes de performance, d’émotions et de satisfaction. Je suis fière d’avoir, à chaque fois, pu faire flotter le drapeau mauricien et jusqu’aujourd’hui, à chaque fois que j’entends l’hymne national, je me sens émue et je repense à une des fois où j’étais sur un podium. » 

Palmarès

Plusieurs fois championne de Maurice en simple dames, double dames et double mixte. Plusieurs médailles dans divers tournois internationaux (principalement en Afrique et à Maurice) ; plus précisément aux Internationaux de Maurice, Internationaux du Botswana, du Kenya, de Zambie, d’Ouganda, d’Ethiopie, d’Afrique du Sud, etc. Médaillée à tous les championnats d’Afrique juniors et seniors de 1999 à 2015.

Palmarès relatif aux Jeux des îles

JIOI 2003

Or par équipe et en double dames
Argent en double mixte
Bronze en simple dames

JIOI 2011

Or par équipe et en double mixte
Argent en simple dames

JIOI 2015

Or par équipe
Bronze en double dames et en double mixte

Publicité
Publicité

Les jeux arrivent à grands pas! Ne ratez rien des préparatifs des Jeux des îles de l'océan Indien avec notre dossier spécial ! Retrouvez les dernières nouvelles sportives de la région, des photos et vidéos, ainsi que tout plein d'autres informations ! Alé Moris!

D'autres articles »
Soutenez lexpress.mu

Pendant cette période de confinement, profitez de l’express, Business Mag, Weekly, 5-Plus Dimanche, de tous vos magazines préférés et de plus de 50 titres de la presse Française, Afrique et Ocean indien sur KIOSK.LASENTINELLE.MU.

Bonne lecture,

Protégez vous, restez chez vous !

Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
Suivez le meilleur de
l'actualité à l'île Maurice

Inscrivez-vous à la newsletter pour le meilleur de l'info

OK
Pour prévenir tout abus, nous exigeons que vous confirmiez votre abonnement

Plus tardNe plus afficher

x