Liverpool Football Academy à Maurice: l'éclairage de Hans Sok Appadu

Avec le soutien de
Ian Rush et Hans Sok Appadu dans le bureau du Premier ministre en décembre 2018.

Ian Rush et Hans Sok Appadu dans le bureau du Premier ministre en décembre 2018.

Une académie de football internationale bientôt à Côte-d’Or en partenariat avec le Liverpool FC. A première vue cela ressemble à une grosse blague. Mais quand c’est le Premier ministre Pravind Jugnauth qui balance ça dans son budget 2019- 2020, c’est le buzz à Maurice ! Nous avons sollicité un décryptage auprès d’Hans Sok Appadu, un Mauricien de Londres proche d’Ian Rush – l’un des ambassadeurs des ‘Soccer Schools’ du Liverpool FC justement…

Le gouvernement mauricien vient d’annoncer le prochain lancement d’une académie de football internationale à Côte-d’Or, avec un accord qui sera signé entre le prestigieux club anglais et «Mauritius Multi-Sports Infrastructure Ltd». Concrètement, ça veut dire quoi ?
C’est une très bonne initiative. Le gouvernement mauricien a fait une demande formelle pour accueillir une International Soccer School de Liverpool à Maurice, comme il en existe plusieurs dans le monde, en Egypte ou à Hong Kong (NdlR : voir aussi www.soccerschools. www.liverpoolfc.com). A ce que je sais, ce sont les advisers du Premier ministre qui ont contacté le Liverpool FC et ces derniers ont été séduit. Ils ont pris cette démarche au sérieux vu que c’était une démarche officielle de Maurice.

Savez-vous comment fonctionnera cette académie internationale à Maurice ?
Il faut préciser que cela concernera les enfants, pour promouvoir le football à la base. C’est navrant qu’il n’y ait pas eu une meilleure communication à propos de ça. Je vois beaucoup de gens qui disent n’importe quoi sur les réseaux sociaux. Cette initiative concerne la Liverpool Football Academy, cela n’a rien à voir avec la First team et Jürgen Klopp… Pour ce qui est du fonctionnement, il s’agit de training sessions avec des coaches accrédités du LFC qui viendront à Maurice pour une période définie, mais ils ne seront pas basés à temps plein à Maurice, cela coûterait trop cher. Après, tout dépend du contrat qu’ils vont signer avec Liverpool, chaque académie internationale fonctionne différemment en fonction de ses besoins.

Lors de la dernière visite d’Ian Rush à Maurice, en décembre dernier, vous aviez accompagné l’ancienne gloire des «Reds» au bureau du Premier ministre Pravind Jugnauth : c’était au sujet d’une future académie de football ?
Ian Rush avait surtout évoqué l’idée de comment aider Maurice au niveau sportif. Moi j’avais attiré l’attention sur le fait que s’ils contactaient Liverpool directement pour créer une Soccer Academy, les coûts seraient énormes. Ce qui sera le cas de toute façon…

En 2014, il avait été question de la venue de Sam Allardyce et West Ham à Maurice pour ouvrir une «Football Academy» chez nous. Pourquoi ce projet a capoté ?
Ils sont allés voir la mauvaise personne ! Allardyce a les mains sales. Il a été impliqué dans un scandale de corruption. C’est mieux qu’ils ne soient pas allés de l’avant avec lui finalement. Il a vendu du rêve aux Mauriciens. Le plus important c’est que cette Soccer School avec les Reds est une grande opportunité pour Maurice qu’il ne faut pas gâcher. Il faut faire le maximum pour que cela se concrétise, c’est-à-dire être pro face aux exigences de Liverpool.

En quoi ouvrir une académie de football à Maurice peut aider le foot mauricien à progresser ?
Ecoutez, les coaches de Liverpool ne seront pas là toute l’année non plus. C’est tout un système qu’il faut revoir à Maurice, à la base. Il faut un bon centre de formation avec des techniciens mauriciens qu’on a déjà, comme Mukesh Ramrekha par exemple. Ce n’est pas en faisant venir des coaches de Liverpool une ou deux fois par an qu’un futur Ronaldo prendra naissance à Maurice. Il ne faut pas rêver non plus !

Croyez-vous dans ce projet ?
Le monde entier a des écoles de foot internationales, ce n’est pas nouveau. Le modèle des Reds c’est Playing the Liverpool way et c’est ce qui leur a permis de former des joueurs comme Steven Gerrard, Michael Owen, Trent Alexander Arnold. Et aussi d’être champions d’Europe aujourd’hui. C’est à Maurice de savoir ce qu’elle veut faire maintenant.

Avec une école internationale «made in Liverpool» chez nous, de nombreux gamins vont rêver d’évoluer un jour à Anfield. Un Mauricien qui porte le maillot des «Reds» est-ce réalisable ?
Nous avons organisé un tournoi five a side avec des légendes de Liverpool et Manchester Utd l’année dernière à Flacq avec Foot Five et quelqu’un comme Patrick Berger a été impressionné par un élément en particulier de l’équipe des Black Stars. Il y a du potentiel chez nous qui mérite d’être pris en compte pour le bien de notre football.

Playing the Liverpool way in Mauritius: «Pour remettre le foot mauricien sur les rails»

Playing the Liverpool Way. C’est ce que vante le Liverpool Football Club sur la page consacrée à sa Football Academy sur son site Internet. La Liverpool International Academy compte en fait 29 branches à travers le monde : deux en Angleterre (à Liverpool et Preston), huit (!) aux Etats-Unis mais seulement une dans l’hémisphère sud, plus précisément en Australie, et une seule pour le moment en Afrique, en Egypte (l’effet Mohamed Salah ne doit pas y être étranger…).

Comme annoncé lundi par le Premier ministre Pravind Jugnauth, lors de la présentation du bugdet 2019-2020, Maurice deviendra bientôt la 30e branche internationale de la Liverpool Academy une fois que l’accord entre le Liverpool FC, Mauritius Multi-Sports Infrastructure Ltd et Athletics Grounds d’Angleterre sera bouclé. La structure sera basée au nouveau complexe sportif de Côte-d’Or.

«Ce n’est pas un coup d’éclat mais une base pour remettre le foot mauricien sur les rails», a réagi hier l’attaché de presse du ministre de la Jeunesse et des sports, Fabien Hector. «Il y a eu beaucoup de négociations avec plusieurs clubs depuis 2015 même si les gens croient à tort qu’on n’a pas travaillé dessus. On a visité plusieurs institutions du football, dont Clairefontaine, et je dois dire qu’on n’aurait jamais pensé que ce serait un club aussi prestigieux que Liverpool qui répondrait positivement à notre appel ! Il faut savoir que Liverpool est sollicité partout à travers le monde, mais notre projet les a séduits parce qu’on veut se servir de ça pour relancer notre football, pour remettre le sport roi au centre du sport mauricien. Le but c’est que Côte-d’Or devienne un centre de sport de haut niveau, pas seulement pour le foot mais aussi pour d’autres disciplines à l’avenir.»

Quid du flop West Ham et pourquoi pas Manchester Utd ou Arsenal au lieu de Liverpool ? «Je suis moi-même un die hard fan de Manchester Utd mais Liverpool est aujourd’hui l’un des meilleurs clubs au monde, qui représente une philosophie, un mindset et des valeurs qui forcent le respect. On est déçu que cela n’a pas abouti avec West Ham, mais on a frappé à toutes les portes et finalement tant mieux qu’on aille avec les Reds !» Concernant les coûts (forcément onéreux) du contrat avec Liverpool et les modalités de mise en place, on n’en saura pas plus pour l’instant. «Le ministre Stephan Toussaint communiquera lui-même en temps et lieu sur tous ces détails techniques, mais comme il l’a dit après le budget, cette académie ouvrira ses portes juste après les Jeux des îles», conclut Fabien Hector.

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires