Saisie de zamal à La Réunion: l’acte de vente du bateau retrouvé chez un suspect

Avec le soutien de
142 kilos de zamal ont été saisis à La Réunion le 31 mai.  

142 kilos de zamal ont été saisis à La Réunion le 31 mai.  

Fructueuse opération des limiers de l’Anti-Drug & Smuggling Unit (ADSU) Metropolitan North, le mardi 11 juin. Ils ont procédé à une fouille au domicile du détenu Steeve Nicholas Mariette, à Melville, Grand-Gaube. Cela, dans le cadre de l’enquête sur la saisie de 142 kg de «zamal» à La Réunion, dans la nuit du vendredi 31 mai au samedi 1er juin. Plusieurs documents ont été trouvés.

Les limiers de l’ADSU ont en effet mis la main sur l’acte de vente du bateau fait entre l’ancien propriétaire du bateau et Steeve Nicholas Mariette, en date du 8 avril 2019. Ils ont également trouvé un reçu de l’enregistrement du pleasure craft, le 24 avril, et une photocopie de la carte identité de l’ancien propriétaire du bateau. Une licence de la Tourism Authority, un Pleasure Craft Certificate et une Registration Card Licence, tous les trois documents au nom de l’ancien propriétaire, ont aussi été saisis.

Les officiers de l’ADSU soupçonnent Steeve Nicholas Mariette d’être le nouveau propriétaire du bateau. Et selon nos recoupements, ce dernier n’aurait remis qu’une partie de la somme demandée lors de la vente. La brigade antidrogue tente également de savoir qui de Steeve Nicholas Mariette ou de Sunil Krishna Dowlut – les deux premiers suspects à être arrêtés dans cette affaire et qui comparaissent aujourd’hui en cour – avait piloté le bateau. Sachant que le premier nommé n’est qu’un réparateur de bateau et que le second possède une skipper licence.
 
Par ailleurs, une fouille a été effectuée au domicile de Sunil Krishna Dowlut, à St-François, mardi. Un cahier des charges concernant la réparation d’un GPS de bateau a été trouvé chez lui. S’agirait-il du GPS du bateau confisqué suivant la saisie des 142 kg de zamal ? Les limiers de l’ADSU tentent de répondre au plus vite à cette question. À noter que le samedi 8 juin, Max Bernard Curpanen, qui est helper sur un pleasure craft et qui travaille pour le compte de Sunil Krishna Dowlut, est le dernier suspect à avoir été arrêté.

Lors de leur déposition, Steeve Nicholas Mariette et Sunil Krishna Dowlut ont tenté de faire croire aux limiers de l’ADSU qu’ils avaient ramené le bateau à Flic-en-Flac pour une réparation de moteur. Au lieu de mouiller le bateau à Grand-Gaube, ils s’étaient rendus à Flic-en-Flac. Cela avait éveillé des soupçons parmi les propriétaires de bateau et les gardes-côtes. Car à Flic-en-Flac, personne ne possède un bateau à trois moteurs. Chaque moteur a une capacité de 250 chevaux, ce qui fait au total un bateau de 750 chevaux.

Sollicité, un professionnel du secteur maritime nous explique qu’un bateau à trois moteurs, de 750 chevaux, est utilisé pour les longs trajets comme Maurice-La Réunion ou encore Maurice-Madagascar. Et si jamais un moteur tombe en panne, ajoute notre interlocuteur, il y a deux autres moteurs de secours.

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires