Usine de traitement de déchets: les habitants contestent le projet

Avec le soutien de
Les habitants de Baie-du-Tombeau s’élèvent contre la construction d’une usine de traitement de déchets dans la région.

Les habitants de Baie-du-Tombeau s’élèvent contre la construction d’une usine de traitement de déchets dans la région.

Ils sont contre et comptent le faire savoir. Du coup, les habitants de Baie-du-Tombeau et des quartiers avoisinants ont monté un comité afin de faire entendre leur voix. Ils s’élèvent contre la construction d’une usine de traitement de déchets dans la région. Un projet actuellement en gestation.

Les contestataires ne veulent pas avoir affaire à des restes d’hydrocarbures (notamment les résidus de carburants dans les cuves), l’élimination des déchets médicaux, aux carcasses d’animaux, à la terre contaminée et autres fléaux. Ce sont notamment les services que souhaitent proposer Veolia Recycling & Environmental Services (Mauritius) Ltd.

Pour ce faire, la compagnie, basée à côté de la zone industrielle de Riche-Terre, a récemment fait une demande pour un permis Environmental Impact Assessment (EIA) auprès du ministère de tutelle. Selon les documents, ce projet s’étendra sur une superficie de trois hectares, soit 30 000 m2. Sont prévus : des espaces de stockage pour six types de déchets dangereux.

Les habitants, inquiets, se sont réunis hier, samedi 8 juin, pour évoquer le sujet. «Ena boukou dimounn res otour. Kifer sak fwa zot swazir zis nou landrwa? Isi mem ena Waste Water Management, dépotwar Roche-Bois ek lizinn Tuna Fishing», déplorent ceux présents lors de la réunion du comité.

Dans un premier temps, une lettre sera rédigée avant le 20 juin et sera expédiée à tous les ministères concernés ainsi qu’aux membres de l’opposition, pour empêcher cette usine de sortir de terre. Les habitants comptent aussi, avec l’aide d’ingénieurs et spécialistes du domaine, faire un rapport sur ce projet pour démontrer l’impact néfaste de celui-ci sur leur vie. «Ce rapport donnera du poids à notre bataille.»

Dès aujourd’hui une pétition circulera dans toutes les régions concernées avant d’atterrir au bureau du Premier ministre, Pravind Jugnauth. «Si tousala pa marsé, nou pou desann dan lari pou manifesté.»

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires