Tchota Yadallee: «L’action sociale de certains jeunes permet d’être optimiste»

Avec le soutien de
Tchota Yadallee, citoyen engagé.

Tchota Yadallee, citoyen engagé.

Dans les années 70, le gouvernement de coalition PTr-PMSD avait instauré l’état d’urgence, renvoyé les élections et interdit les réunions politiques. Il avait aussi imposé la censure de la presse et banni les syndicats des travailleurs. Plusieurs Mauriciens, alors préoccupés par l’évolution de la société, s’engageaient dans des activités socio-politiques hors des structures existantes. La jeune génération ne les connaît, sans doute, pas tous. Tchota Yadallee, aujourd’hui âgé de 79 ans, était de ces citoyens qui oeuvraient dans la discrétion. Après la levée de l’état d’urgence, il a continué, comme d’autres, à agir séparément, dans la périphérie des partis politiques.

Demeuré un observateur attentif de la société mauricienne, le presque octogénaire ne désespère pas même s’il constate que l’injustice sociale perdure. «La situation n’est certes pas satisfaisante, mais l’action de certains jeunes, sur le plan social, permet d’être optimiste. Faisons-leur confiance, donnons-leur un encadrement

Cette volonté d’encadrer les jeunes, Tchota Yadallee l’a démontrée depuis longtemps. Ceux qui ont vécu Mai 75 se souviennent de son activisme dans la période précédant la marche du 20 mai. Le «mature student» à l’université de Maurice tenait des réunions dans des collèges pour sensibiliser les élèves aux problèmes auxquels ils étaient confrontés.

Yadallee aime dire que la marche du 20 mai aurait pu ne pas avoir eu lieu. «Il incombait aux étudiants de l’université de Maurice de donner le signal pour la grève. Or, lors d’une réunion décisive de l’Union des étudiants, certains membres étaient intervenus pour réclamer que l’on fît une grève symbolique d’une heure en restant sur le campus.»

Notre interlocuteur affirme qu’il est monté sur une table pour haranguer l’assemblée et persuader les étudiants de la nécessité de descendre dans la rue. «Avec des amis, entre autres, Darma Mootien, Geeta Virahsamy et Jean-Noël Humbert, on est parvenu à faire maintenir le mot d’ordre de grève totale

L’ancien meneur dit prendre avec amusement un fait médiatique. «Plus de quatre décennies après Mai 75, ce sont les partisans du sit-in symbolique qui sont, chaque année, sollicités par les médias pour parler de la grève des étudiants», fait-il remarquer.

Depuis sa jeunesse, Tchota Yadallee a eu une préférence pour l’action. En 1962, une opportunité se présente à lui. Les autorités britanniques, préparant sans doute la colonie à l’indépendance à venir, recrutent des détenteurs du HSC pour devenir Cadet Inspectors au sein de la force policière.

L’ancien du Collège Royal de Port-Louis, qui enseignait au collège Saint Andrews, décide de quitter son poste. Il postule et se retrouve avec quatre autres jeunes de l’époque à être les premiers Cadet Inspectors. Destinés à prendre la direction de la police mauricienne, ils sont envoyés en formation en Angleterre.

Des cinq recrues, André Feillafé et Dan Bhima ont terminé leur parcours professionnel dans la haute hiérarchie policière. Mes Sooknah et Desplaces ont rejoint la profession légale. Et Yadallee s’est fait éjecter après 11 ans de service. Il était pourtant promis à un bel avenir. Son activisme sur le front social a compromis sa carrière.

Cependant, le natif de Port-Louis – la famille Yadallee habitait la rue Edith Cavell, à l’emplacement du magasin King Bros – est un battant. Il s’inscrit à un cours en management à l’université de Maurice et se lance dans le business. Il sera tour à tour gérant de restaurant, agent immobilier, gestionnaire de petites entreprises. Tchota Yadallee a maintenu son engagement social. Il a été actif dans la périphérie des partis politiques, se faisant remarquer lors des forums et débats.

Aujourd’hui, le senior, observateur attentif de la société mauricienne, se dit toujours prêt à s’engager et à conseiller les jeunes qui lui permettent d’être optimiste.

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires