Saga Callichurn : le suspect Emamdin libéré

Avec le soutien de
La comparution en cour d’Altamess Emamdin, prévue pour le matin, ce vendredi 7 juin, a dû être repoussée à l’après-midi, faute d’un représentant du parquet.

La comparution en cour d’Altamess Emamdin, prévue pour le matin, ce vendredi 7 juin, a dû être repoussée à l’après-midi, faute d’un représentant du parquet.

Deuxième rebond en un jour dans la plainte pour menaces de Soodesh Callichurn. Altamess Emamdin a été libéré sous caution, ce vendredi 7 juin. Cet homme de 63 ans a passé la nuit en cellule après avoir été dénoncé à la police par Soodesh Callichurn, le mercredi 5 juin. Le ministre avait dit qu’il l’avait menacé. Un peu plus tôt, ce matin, la mosquée Bagh-e-Muhammadi contredisait le ministre.

Le suspect a dû payer une caution de Rs 5 000. Il devait payer Rs 7 000 mais comme il n'avait pas cette somme sur lui ni les moyens de la régler, le magistrat Vignesh Ellayah a revu la caution à la baisse. Altamess Emamdin est défendu par Me Akil Bissessur pro bono (gratuitement).

 
 

La comparution de cet habitant de Triolet a cependant été éprouvante, car elle était prévue pour le matin. Or, il n'a pu être entendu parce qu’un représentant du parquet n’était pas présent. L’audience a été reportée à 13 heures, en attendant que des arrangements soient faits.

Nouvelle objection de la police

En plus, la police a ajouté une nouvelle objection à la libération conditionnelle d’Altamess Emamdin : «risk of reoffending». Akil Bissessur a condamné cette démarche. Il explique que son client avait bien dit aux enquêteurs dans sa déclaration qu'il n'était pas en bons termes avec le père du ministre. Pourquoi est-ce aujourd’hui que la police ajoute cette objection ? Ce à quoi elle rétorque que c'est maintenant que les policiers sont au courant qu'il y a un problème entre les deux familles et qu’il existe un risque de récidiver.

Le ministre du Travail a porté plainte au poste de police de Triolet, mercredi après-midi, pour menaces. «Ki to pé fer la ? Si mo gagn twa déor, mo koup twa, mo pankor fini avek twa ek to papa», lui aurait lancé le suspect lors de cette fonction, à Triolet. Altamess Emamdee et le père de Soodesh Callichurn, domicilié dans le Nord, ne sont en effet pas en bon termes.

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires