Forcée de fermer: le toit de la fondation Malcolm de Chazal coule

Avec le soutien de
La collection d’œuvres de Malcolm de Chazal est toujours dans les locaux de la fondation.

La collection d’œuvres de Malcolm de Chazal est toujours dans les locaux de la fondation.

Enough is enough. Angèle Angoh a tranché. La présidente du Malcolm de Chazal Trust Fund a décidé de fermer les portes de la fondation. Depuis plusieurs semaines, le public n’a plus accès aux locaux, à la rue du Vieux Conseil, à Port-Louis. Mais surtout, il ne peut plus admirer la collection d’environ 45 œuvres originales du «génie».

Cette décision draconienne, «avec l’accord du board», a été prise à la suite des récentes averses. Le toit de la fondation coule comme un panier percé. Conséquence: une œuvre d’Hervé Masson, donnée à la fondation par Vaco Baissac, en septembre 2018, a été abîmée.

Angèle Angoh précise : «Ce n’est pas l’œuvre elle-même qui a été abîmée, mais le cadre et la marie-louise.» Elle s’empresse d’ajouter: «Un sous-comité de la fondation s’est déjà chargé de la restauration de cette œuvre.» Ce qui a coûté «environ Rs 6 000».

Le comble, c’est que malgré cette situation précaire, la collection d’œuvres de Malcolm de Chazal se trouve toujours dans les locaux fermés de la fondation. «Nous avons tout décroché et entreposé à un endroit où le toit ne coule pas», souligne la présidente. «C’est parce qu’il n’y a aucun autre endroit disponible où nous pouvons conserver les tableaux, notamment à cause des questions d’assurance.»

Angèle Angoh précise qu’une restauratrice – celle qui a remis le tableau signé Hervé Masson en état – a examiné la collection, pour «certifier qu’elle est en bon état». La présidente du Malcolm de ChazalTrust Fund affirme qu’«on a tout fait avant d’en arriver là». Sur papier, la rénovation du bâtiment est acquise. Elle devait démarrer en février. Quatre mois plus tard – et à la veille du prochain Budget – ce n’est pas encore le cas. «Je suis découragée. Pas avec la promotion de l’œuvre de Malcolm de Chazal, mais avec un dossier de rénovation qui n’avance pas.»

À un moment donné, c’est le ministère des Arts et de la culture qui devait financer la moitié du coût de la rénovation. L’autre moitié devant venir des caisses de la mairie. En cours de route, le ministère a décidé que c’est le Malcolm de Chazal Trust Fund qui devait financer la part du ministère. Le conseil d’administration a donné son aval pour une rénovation au coût «d’environ Rs 800 000». L’appel d’offres pour trouver l’entrepreneur a déjà été fait.

La mairie de Port-Louis est propriétaire du Café du Vieux Conseil, des locaux de la fondation, mais aussi du bâtiment qui abrite le musée de la photographie. «Il y a un représentant de la mairie au conseil d’administration de la fondation Malcolm de Chazal », fait valoir Angèle Angoh. Sollicité à ce sujet, le lordmaire, Daniel Laurent, n’était pas disponible.

Après les élections de 2014, l’ancien président de la fondation, Robert Furlong, a été remercié. Mais avant, il avait lui aussi alerté les autorités sur l’état du bâtiment. C’est en 2018 que le ministère des Arts et de la Culture a désigné une successeure en la personne d’Angèle Angoh.

Les trois responsabilités d’Angèle Angoh

Angèle Angoh est à la fois artiste et active dans le social. Avec Carpe Diem, elle propose de l’«art therapy» aux détenus. Elle cumule la responsabilité des Centres de lecture et d’animation culturelle, un réseau de près d’une vingtaine de centres à travers l’île. Angèle Angoh est toujours membre du conseil d’administration de la National Art Gallery, en plus d’être la présidente du «Malcolm de Chazal Trust Fund».

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires