Dr Lalima Verma: «Les règles sont toujours considérées comme sales pour certains»

Avec le soutien de

Le 28 mai est la Journée mondiale de l’hygiène menstruelle. Les règles sont, à tort, encore taboues. Le Dr Lalima Verma, gynécologue à la Clinique du Nord, répond à nos questions sur le sujet.

Y a-t-il beaucoup de jeunes filles qui viennent vous consulter avant ou à l’apparition de leurs premières règles et quelles sont leurs préoccupations ?
Oui, plusieurs jeunes filles viennent me voir à l’apparition de leurs premières règles pour s’enquérir de la fréquence des visites à faire chez la gynécologue, quels médicaments prendre en cas de douleurs menstruelles, quels vaccins je recommanderais contre le papillovirus humain et parfois, pour la prescription des pilules contre une grossesse non désirée.

En 2019, pensez-vous qu’il existe toujours un tabou autour des règles ? Si c’est le cas, pourquoi ?
Oui, il existe toujours une zone d’ombre dans certaines communautés car les parents ne s’ouvrent pas aux jeunes pour leur expliquer clairement la physiologie du corps humain, pour leur dire que les règles sont un phénomène naturel et ce que l’on devrait faire avec. Malheureusement, elles sont toujours considérées comme sales par une partie de la population. Peut-être que davantage de séances d’explications à l’école ou à la télé pour les jeunes filles, de même que des explications parentales, pourraient aider à enrayer ce tabou.

Nous célébrons aujourd’hui la Journée mondiale de l’hygiène menstruelle. Que doivent savoir les jeunes filles et les femmes en général à propos de l’hygiène pendant les menstruations ?
Les femmes doivent observer une hygiène stricte pendant les règles. Elles peuvent utiliser des serviettes hygiéniques, des tampons et des coupes menstruelles. On doit les remplacer toutes les six à huit heures. Les coupes, tout comme les parties intimes, doivent être lavées à l’eau et au savon régulièrement, au minimum deux fois par jour. On doit bien s’essuyer après avoir uriné, du devant à l’arrière. Il faut à chaque fois se laver les mains en sortant des toilettes.
 

Pensez-vous qu’il est important de maintenir une bonne hygiène davantage pendant cette période qu’en temps ordinaire et pourquoi ?
C’est important d’observer une hygiène stricte pendant cette période car le risque d’attraper une infection ou le VIH est plus grand.

Quels sont les risques d’une mauvaise hygiène durant cette période ?
Pendant cette période, on peut attraper facilement des infections urinaire, vaginale et pelvienne résultant en infertilité. Dans certains cas, cela pourrait être un choc toxique.

Qu’est-ce qu’un choc toxique ?
Un choc toxique est causé par des bactéries du vagin, qui se propagent au corps entier. On souffre de fièvre, d’éruptions cutanées, d’hypotension et, des fois, cela entraîne la mort. C’est plus commun chez les personnes qui utilisent du linge sale et des feuilles sèches pendant leurs règles. Il peut aussi arriver que l’on oublie son tampon dans le vagin après les règles. Pour l’éviter, on doit observer des mesures d’hygiène strictes.

Pensez-vous que les jeunes filles/femmes connaissent toutes les principes de l’hygiène durant leurs règles ?
Malheureusement, ce ne sont pas toutes les jeunes filles et femmes qui sont au courant des règles d’hygiène menstruelle car très peu de parents en discutent ouvertement avec leurs filles. On devrait augmenter les cours sur la physiologie du corps à l’école et à travers les médias.

Entre serviette hygiénique et tampon, qu’est-ce qui est mieux et pourquoi ?
Les serviettes hygiéniques sont plus sécurisantes que les tampons car elles ne sont pas introduites à l’intérieur du vagin et les risques d’infection sont donc moindres. Parfois, on oublie de retirer le tampon après les règles. Par contre, le tampon est plus adapté aux filles, qui sont physiquement plus actives et sportives.

Pourquoi faut-il changer son tampon ou sa serviette hygiénique toutes les six à huit heures ?
Au-delà de ce délai, le tampon surtout pourrait agir comme foyer d’infection.

De nos jours, il y a plusieurs produits consacrés à l’hygiène intime. Comment choisir le meilleur ?
Les produits à utiliser ne doivent pas être irritants ou causer des allergies. Pour celles qui ont des réactions répétées de la peau, les culottes en coton sont recommandées au lieu de celles en tissu synthétique.

Quels sont les risques d’utiliser des produits inadaptés ?
Les produits inappropriés continueront à abîmer la peau, causant une inflammation continue, résultant en une infection permanente avec de vilaines cicatrices.

Brisons le tabou

Dans le cadre de la Journée internationale de l’hygiène menstruelle, «The Ripple Project» lance la campagne «Period Ambassador». Pour ce faire, il suffit de se prendre en photo avec un message, qui a pour but de briser les tabous autour des règles et de partager la photo et son commentaire sur la page Facebook de «The Ripple Project».

Cette campagne a pour but de permettre de parler ouvertement des règles, de la pauvreté, de la précarité menstruelle, des tabous sociaux autour des règles et de devenir des ambassadeurs des victimes des tabous. «The Ripple Project» est engagé depuis 2016 dans la lutte contre la précarité menstruelle.

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires