Médiapart: ces relations mauriciano-malgaches douteuses

Avec le soutien de
Pravind Jugnauth et Andry Rajoelina , en mars, lors de la visite officielle du président malgache.

Pravind Jugnauth et Andry Rajoelina , en mars, lors de la visite officielle du président malgache.

Mauvais coup de pub pour les autorités mauriciennes et notre secteur offshore sur Mediapart. «Des enquêtes et des investigations sont en cours auxquelles, s'opposent le gouvernement malgache et Mauricien, l'entre aide judiciaire avait été sollicité (sic), à ce jour, le gouvernement mauricien n'a donné aucune suite. 

Entre le gouvernement mauricien et les dirigeants malgaches actuels il y a deux points qui méritent d'être cités:

le premier, les Mauriciens détiennent toutes les informations financières des comptes offshores appartenant aux dirigeants malgaches, tels que M. Ravatomanga et A. Rajoelina, ils ont des comptes offshores à l'île Maurice.» (…)

Dans le Blog de la voix du sud, posté le 16 mai, Andrew Berthold relate le procès d’Isabelle et Patrick Balkany, longtemps à la tête de la mairie de Lavallois Perret, en France, où d’ailleurs résident des Mauriciens. Mais ce qui intéresse, ce sont les relations de ce couple avec le couple Maminiaina et Haingo Ravatomanga, «qui semblent être associés ou probable prête-noms de Andrianirina Rajoelina», le président malgache, accueilli en grand pompe à Maurice et avec un chèque, en mars. «On a besoin d’un jeune comme vous», avait déclaré le Premier ministre mauricien.

En guise de jeune, on a surtout beaucoup de doutes. L’article de Mediapart, amplement documenté sur les prête-noms du président malgache, met à jour des connexions entre Maurice et la Grande île.

Il n’épargne pas la SBM :  «De leur côté, les dirigeants malgaches conditionnent le gouvernement mauricien par le biais d'un procès perdu par la banque SBM (banque mauricienne) d'Antananarive, pour lequel la SBM est tenue à régler une dizaine de millions d'euros suite à une grosse délivrée par la cour d'appel malgache, toutes les recours sont épuisées. En plus, les investissements mauriciens à Madagascar sont florissants, M. Ravatomanga est une personnalité crainte par les mauriciens, il est aussi probablement associé à la banque mauricienne SBM. 

De tout cela, pour le gouvernement mauricien, il est pratiquement impossible de trahir une personnalité incontournable dans les relations économico-diplomatiques entre les deux pays et entre les dirigeants, cela risquerait de nuire à beaucoup de choses, bref une série de scandal financier planétaire auquel des dirigeants mauriciens sont aussi  mouillés que ceux de Madagascar. 

Les faits sont palpables, les aller et venus des personnalités malgaches à l'ile Maurice sont suspects, beaucoup de transactions financières s'y font à l'insu des contribuables malgaches.»

Si les autorités mauriciennes n’ont toujours pas réagi à ce jour, peut-être le feront-elles après cet article ? 

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires