Grand-Baie: Krish marie tatouage et beaux-arts

Avec le soutien de
Krish, dont les tatouages sont très réalistes,
envisage de reprendre ses études.

Krish. Ce n’est pas le super-héros aux multiples pouvoirs de Bollywood. Lui, c’est un tatoueur mauricien opérant à Grand-Baie chez Patrick Tatoo. Krish est très sollicité à La Réunion et en Europe.

Si dans son domaine, il se fait appeler uniquement par son prénom, son patronyme est Goorye. Beaucoup d’artistes s’expriment sur un support papier, sur canevas, sur verre, sur soie entre autres. L’étudiant des beaux-arts qu’il est grave ses oeuvres sur la peau de ses clients et selon leur demande. D’ailleurs, c’est pour cette raison qu’il met le cap sur l’île de La Réunion aujourd’hui pour compléter la formation lui conférant l’attestation d’hygiène selon les normes européennes.

Ce certificat lui permettra d’exprimer son art lors de différentes manifestations en Europe où ce document indiquant qu’il a suivi la formation y relative est exigé, tout comme il pourra participer aux salons de tatouage en Europe. «Ils sont très exigeants en France, par exemple. Le secteur du tatouage est très réglementé ailleurs, contrairement à Maurice», affirme-t-il. D’ailleurs, ils sont peu nombreux ses confrères mauriciens à avoir suivi la même formation que lui.

Immédiatement après La Réunion, le jeune homme prendra l’avion pour la Suisse où entre les 15 juin et 15 août, il participera à deux conventions sur le tatouage. D’ailleurs, dans ce pays, il a été invité à être aux côtés d’un autre tatoueur, Vincent Lefèvre. Autre rendez-vous possible, Krish est en négociations afin de pouvoir participer à une autre conférence en Espagne.

Par la suite, après une escale à Maurice, il ira à La Réunion, toujours pour exercer son art, avant de se rendre une nouvelle fois en France. «Je ferai le va-et-vient entre Maurice et d’autres pays puisque j’ai reçu énormément d’invitations. En fait, chaque tatoueur a son propre style. Quand je suis invité, c’est principalement pour partager mon style ou encore permettre à certains salons d’offrir à leurs clients un type de tatouage qu’ils n’offrent pas habituellement», explique-t-il.

Émotion et trois dimensions

Le style de Krish est très réaliste. Nombre de ses tatouages dégagent de l’émotion. Dans quelques-uns, on note même de la tristesse ou de l’indifférence dans le regard du sujet tatoué, quand on n’a pas l’impression qu’il s’agit d’un tatouage en trois dimensions. En fait, tout ce qu’il a appris au Mahatma Gandhi Institute (MGI), il l’applique dans ses tatouages.

Il y a des personnes qui apportent une photo de leur enfant et lui demandent de faire une réplique sur leur corps. «J’ai suivi trois années d’études à l’école des beaux-arts au MGI avant de prendre une année sabbatique. Ce n’est pas évident de concilier études et travail et c’est pour cela que j’ai fait une pause. Mais je compte retourner à l’université bientôt», affirme-t-il.

C’est avec Patrick Ricco qu’il a appris les techniques du tatouage. Celui-ci a découvert ses oeuvres d’artiste-peintre en 2016. «Au fil des années, j’ai aussi noté que mes coups d’aiguille se sont également améliorés», explique-t-il. Tout porterait à croire qu’il en fera sa profession attitrée à la fin de ses études.

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires