Services financiers: Cim réalise des bénéfices de 34 %

Avec le soutien de
Les bénéfices de Cim pour les six mois se terminant au 31 mars sont passés de Rs 142,7 M en 2018 à Rs 191,3 M en 2019.

Les bénéfices de Cim pour les six mois se terminant au 31 mars sont passés de Rs 142,7 M en 2018 à Rs 191,3 M en 2019.

Le groupe Cim a réalisé une hausse de 34 % de ses bénéfices pour les six mois se terminant au 31 mars. Ils sont passés de Rs 142,7 millions en 2018 à Rs 191,3 millions en 2019. Mais la direction estime que la société dispose de moyens réels pour mieux faire. Sa performance au niveau opérationnel le prouve. Le groupe a décidé de concentrer toutes ses énergies dans la zone d’activités qu’elle maîtrise parfaitement, le segment du crédit et celui du crédit-bail.

La plateforme d’opérations du groupe, qui constitue le baromètre le plus approprié pour jauger le potentiel de cette société, fournit des données révélatrices. En dépit des dépenses d’un montant de Rs 548,5 millions, soit Rs 146,2 millions de plus qu’en 2018, le groupe Cim s’en est sorti avec des bénéfices opérationnels nets de Rs 45,1 millions, soit une hausse de 26,1 %, comparativement à sa performance dans ce domaine l’an dernier.

Une croissance au niveau des revenus opérationnels a été notée pour la période analysée. Elle était de Rs 156,3 millions. Les revenus opérationnels pour 2018 et 2019 ont été respectivement de Rs 702,8 millions et Rs 859,1 millions.

Par contre, on constate une nette régression du groupe au niveau de ses actifs. Le montant de ces derniers pour l’exercice de six mois se terminant au 31 mars est passé de Rs 15,8 milliards à Rs 14,5 milliards, soit une baisse de Rs 1,3 milliard.

Cette réduction du montant des actifs du groupe ne résulte pas d’un accident de parcours. Elle est liée à la stratégie du groupe à concentrer ses énergies dans ce qu’il sait faire le mieux et où les perspectives de croissance et de hausse de revenus sont réelles : crédit et crédit-bail.

Pôle financier

Pour mettre à exécution cette nouvelle approche dans son mode de fonctionnement, la direction de Cim a décidé que son pôle financier, à savoir Cim Finance Ltd et Mauritius Eagle Leasing Co Ltd (MELCO), cessera ses activités liées à la séquestration de dépôts. Cette initiative n’est pas sans conséquence. Ces deux entités rembourseront capital et intérêts aux quelque 1 700 déposants jusqu’à la date finale du remboursement. Une prime calculée en fonction de la durée restante jusqu’à l’échéance de leurs dépôts a été proposée. «Nous avons choisi cette approche en guise de reconnaissance de la fidélité de ces quelque 1 700 clients qui nous ont fait confiance pendant tant d’années », souligne Mark Van Beuningen, Chief Executive Officer de Cim et directeur-général par intérim de Cim Finance.

Selon le dernier exercice financier du groupe, la performance de ce pôle financier représente 92 % du montant total des revenus opérationnels du groupe Cim, soit Rs 824,3 millions. L’option pour une concentration dans la filière non bancaire a été marquée par deux décisions majeures du groupe.

La première a consisté à abandonner, dès 2017, l’idée de chercher une licence pour lancer une banque. Le second élément a été la proposition de nombreuses solutions, tant pour les particuliers que pour les entreprises, privilégiant des offres plus flexibles et moins onéreuses.

Le dernier bilan financier du groupe Cim, publié sur le site de la Stock Exchange of Mauritius le 10 mai, évoque l’impact de l’abandon de ses activités dans la filière dépôt. Le montant des dépôts en banque est passé de Rs 1,1 milliard en 2018 à Rs 550 millions, soit Rs 539,7 millions de moins (49,53 %).

Ce désengagement s’est également manifesté au niveau des investissements dans les actifs de nature financière. Le montant, qui était de Rs 1,7 milliard en 2018, n’a été que de Rs 379 millions en 2019 soit une réduction de 77,7 %. La baisse d’intérêt du groupe pour des investissements dans les biens immobiliers a été conséquente. De Rs 1,2 milliard en 2018, l’investissement dans ce secteur d’activité est tombé à zéro.

Le même phénomène a été observé au niveau de l’intérêt du groupe pour des actifs physiques tels que les bâtiments, les machines et le matériel de production. Le montant de ces actifs physiques est passé de Rs 1,2 milliard en 2018 à Rs 524,7 millions en 2019, soit une chute de Rs 646,9 millions.

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires