Développement foncier: Terra Mauricia fait son entrée parmi les promoteurs de villes intelligentes

Avec le soutien de
L’African Leadership College qui accueille des élèves de 35 pays du continent africain a été parmi les premiers occupants de la ville intelligente de Beau-Plan à s’y installer.

L’African Leadership College qui accueille des élèves de 35 pays du continent africain a été parmi les premiers occupants de la ville intelligente de Beau-Plan à s’y installer.

La Smart City de Beau-Plan sera inaugurée à 18 heures cet après-midi. L’African Leadership College se compte parmi ses premiers occupants.

Après l’Ouest, avec le projet Uniciti de Médine, le Sud, avec Mon Trésor Smart City celui d’Omnicane et le centre Est, avec le projet Moka City, c’est au tour du groupe Terra Mauricia de doter le nord du pays de sa ville intelligente située à Beau-Plan. Cette Smart City sera inaugurée cet après-midi par Pravind Jugnauth, le Premier ministre. Tous ces promoteurs qui ont fait une percée dans le segment des villes intelligentes du secteur de l’immobilier ont un point commun. Ils ont été jusqu’ici très impliqués dans la culture de la canne et la production de sucre. Et ils ont tous été confrontés aux conséquences fâcheuses de fin de règne du sucre comme principale source de revenus avec le prix de ce produit qui ne cesse de baisser sur le marché extérieur.

L’inauguration de la ville intelligente de Beau-Plan, un projet de Nova Terra, le cluster immobilier de Terra Mauricia, marque l’entrée de plain-pied de ce groupe de sociétés dans cette nouvelle famille de projets immobiliers.

«Les Smart Cities sont une parfaite illustration du type de développement que nous prévoyons afin d’assurer le développement de Maurice»

Le projet villes intelligentes ou «Smart cities» s’inscrit dans le cadre d’une nouvelle approche du gouvernement en matière de développement immobilier communément appelé le Smart City Scheme. L’approche vise à promouvoir l’émergence de villes entièrement autonomes. Des villes qui soient capables d’évoluer dans le cadre d’un programme de développement qui respecte et protège l’environnement. 

Les promoteurs de ces villes doivent inscrire sur leur liste de priorités la lutte contre le gaspillage sous toutes ses formes. Ils doivent également assurer un maximum de confort durable à tous les citoyens et les générations futures quelle que soit leur appartenance sociale et économique. 

Bref, comme indiqué dans les ‘Guidelines’ de l’Economic Development Board, une ville intelligente devrait constituer une communauté de vie qui s’articule autour de l’innovation, d’un mode de développement durable, de l’efficience et de la qualité de la vie.

«Notre vision», déclare Nicolas Maigrot, Managing Director de Terra Mauricia, dans la dernière édition en ligne du bulletin du groupe, «est de pouvoir construire une qualité de vie pour les générations futures au sein d’un environnement naturel unique qui deviendra une référence de développement à Maurice». Le groupe Terra Mauricia n’a pas hésité à mettre la main à la poche. La création de la ville intelligente de Beau-Plan nécessite des investissements d’un montant de quelque Rs 32 milliards. Celle-ci occupera une superficie de 211 hectares. La vie dans cette ville intelligente s’articule autour de ses pôles business, hôtel, loisir/divertissement, culture, éducation, habitation/ résidence, commerce et sport. Le pôle commercial comprendra une cinquantaine de boutiques et un supermarché. 

Parmi les premiers à occuper la place, l’African Leadership College a déjà été inauguré et il accueille des élèves de plus de 35 pays, et les cycles préscolaire et primaire de Greencoast International School. 

Le plan de développement de la ville intelligente prévoit également un espace où le public pourra pratiquer le jogging. La création d’une ville intelligente à Beau-Plan débouchera sur une amélioration conséquente des facilités d’accès à cette destination à la hauteur des deux ronds-points de la région. 

François Guibert, Chief Executive Officer de l’Economic Development Board, organisme chargé de traduire dans les faits la vision de développement économique du gouvernement, justifie la formule. «Les Smart Cities sont une parfaite illustration du type de développement que nous prévoyons afin d’assurer le développement de Maurice» 

Les villes intelligentes, outre leur intérêt pour l’innovation, renforcent une offre existante en termes d’infrastructure qui, de l’avis du CEO de l’EDB, constitue «le berceau à des industries nouvelles qui requièrent des compétences hautement techniques». 

L’initiative du groupe Terra Mauricia intervient des années après que son programme de diversification a vu l’exécution de certains projets dont ceux ayant trait à la production d’énergie électrique, à l’installation d’une distillerie pour la fabrication de plusieurs marques de boissons alcoolisées ou encore à la création de l’Aventure du Sucre, un musée consacré à l’histoire du sucre à Maurice qui combine harmonieusement culture, loisirs et le plaisir du palais. Ce musée attire plus de 90 000 visiteurs par an.

L’inauguration de la ville intelligente de Beau-Plan s’effectuera dans un contexte où le segment de l’immobilier et des loisirs du groupe fait mieux que le pôle sucre comme ce constat est évoqué dans le dernier rapport financier annuel de Terra Mauricia pour la période se terminant le 3 décembre 2018.

Les pertes encourues par le segment sucre sont passées de Rs 75,7 millions en 2017 à Rs 318,9 millions en 2018. En cause, le prix de la tonne de sucre qui est passé de Rs 11 000 en 2017 à Rs 8 800 en 2018 et une baisse de la récolte. Les opérations de la production sucrière en Côte d’Ivoire n’ont pas apporté les résultats escomptés. Les bénéfices de cette filière ont été de seulement Rs 7 millions contre Rs 64 millions en 2017. Au final, les pertes combinées concernant la culture de la canne et la production sucrière se sont élevées à Rs 326 millions comparativement Rs 138 millions en 2017.

Par contre, le segment immobilier et des loisirs a réalisé des profits de Rs 105 millions en 2017 et Rs 181 millions en 2018. Cette hausse, expliquent les rédacteurs du rapport annuel, est due à la vente de terres, à la location, aux activités de loisirs et aux honoraires perçus pour le service-conseil.

Deux autres domaines où le plan de diversification des activités de Terra Mauricia a été orienté ont également été profitables. Le secteur de la production d’énergie a réalisé des profits de Rs 199,1 millions contre Rs 214,9 millions en 2017. Le secteur de la production de boissons alcoolisées a enregistré des bénéfices de Rs 83,7 millions en 2018 contre Rs 101,2 millions en 2017. 

Le cours de Terra Mauricia, société classifiée dans la filière investissement du marché officiel, a été sous l’influence d’une tendance baissière depuis le 18 juillet de l’année dernière quand l’action était cotée à Rs 27, 55. La valeur s’est stabilisée à Rs 20 du 29 mars au 30 avril pour atteindre les Rs 20,15 et les Rs 20,40 le 2 mai et le 6 mai respectivement. Il n’y a pas eu d’échange de titres lors de la séance d’hier. Pas de changement du cours non plus qui a démarré et terminé la séance à Rs 20,40.

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires