Triolet: Indira Ramsarekha… une femme solide malgré les obstacles

Avec le soutien de
Indira Ramsarekha est très connue dans son entourage pour son fameux tekwa.

Indira Ramsarekha est très connue dans son entourage pour son fameux tekwa.

Indira Ramsarekha, 51 ans, est une battante. Après la mort de son mari, elle décide de devenir marchande de gâteaux afin de pouvoir élever ses enfants. Aujourd’hui, elle est connue pour ses produits dont ses fameux «tekwa». Rencontre.

Perdre un être cher dans des circonstances tragiques n’a jamais été facile pour quiconque. Suite à l’accident fatal de son époux, cette habitante de Triolet s’est retrouvée subitement seule avec ses deux enfants. Indira décide alors de faire une chose dans laquelle elle est douée… préparer des gâteaux et les vendre dans un tricycle devant sa maison.

Mon mari est décédé suite à un accident en 2008. L’année suivante, mon fils devait prendre part aux examens de HSC. C’est là que j’ai dû prendre les choses en main. Pour subvenir aux besoins de ma famille, je suis devenue marchande de gâteaux.

«Ça ne m’agaçait pas du tout de faire ce boulot au contraire, j’étais plutôt reconnaissante que c’est grâce à ce travail que j’ai pu envoyer mes enfants au collège et à l’université. Enseignant dans un collège privé, mon fils est également lecturer à l’université. Ma fille travaille aussi. C’est tout ce que j’ai souhaité pour eux», confie cette maman comblée.

Indira Ramsarekha ajoute que son travail marche parfaitement bien. D’ailleurs, elle a dû trouver un emplacement non loin de chez elle pour agrandir le biznes. «Les gens appréciaient mes gâteaux tels que les «tchanapuri, samousa et autres gato piman». Ça a été un vrai encouragement. Ensuite, j’ai commencé à préparer des «tekwa». Cette fois c’était la bonne. Les «tekwa» ont été en grande demande. Aujourd’hui, la place où je travaille porte le nom Tekwa Point.

Hauts et bas

Notre interlocutrice raconte que sa vie n’a pas été facile. En tant que femme au foyer, elle était totalement dépendante de son époux. La mort de ce dernier a été un choc mais elle ne pouvait continuer à verser des larmes.

Deux enfants étaient à sa charge et elle voulait leur offrir une bonne éducation comme l’aurait souhaité leur père. «Mes enfants m’ont beaucoup encouragée et je ne vis que pour eux. Et voir qu’ils ont réussi dans la vie est mon plus beau cadeau.»

Même si la vie n’a pas été aussi tendre avec elle… cette maman ne se décourage pas pour autant.

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires