L'express leaks du dimanche 28 avril au vendredi 3 mai

Avec le soutien de

Des bruits de couloir, les derniers buzz ou les derniers scandales, l'express vous dévoile ici ce que les autres vous cachent.

Pravind Jugnauth et Navin Ramgoolam s’évitent

Un cocktail organisé par le leader du PMSD, Xavier-Luc Duval, lundi dernier, a réuni Pravind Jugnauth et Navin Ramgoolan au restaurant Clos Saint Louis. C’était lors des célébrations des épousailles de Stéphanie Duval avec Nicolas Adamjee. Tout au long du cocktail, les leaders orange et rouge se sont évités soigneusement. Tandis que Pravind Jugnauth a été le premier à quitter les lieux, Navin Ramgoolam est resté un peu plus longtemps pour échanger des plaisanteries avec les nombreux invités présents.

Jeune promu à sa place

C’est la déception chez cet employé d’un corps parapublic, qui a plusieurs années d’expérience à son compteur. Récemment, il a vu un jeune, ayant moins de cinq ans d’expérience, recevoir une promotion qui lui était initialement destinée. Il soupçonne un abus de pouvoir de sa hiérarchie car le jeune promu serait un proche du directeur. L’employé déçu a consigné une plainte à la police.

Mais où sont passés les Mauriciens ?

«Péna Morisien travay dan Metro Express ? Kifer zot avoy enn étranzé ?» C’est ce qu’auraient lancé en substance des habitants de La Butte, samedi dernier, alors qu’ils étaient conviés à une réunion d’information sur les travaux dans la région. Ils auraient souhaité avoir la présence du CEO de Metro Express Ltd pour avoir des éclaircissements sur des questions auxquelles le chef du projet français ne pouvait répondre. Sauf que le n°1 de cette société n’a pas souhaité faire le déplacement, avec sa «team» sur les talons.

Départ d’un Big Boss ?

Un étranger, Big Boss d’une importante institution financière, pourrait prochainement faire ses valises. Et pour cause : il ne souhaite pas être complice des graves irrégularités financières auxquelles cette institution est confrontée actuellement. Du coup, il aurait confié aux membres du «board» son intention de retourner dans son pays. Dans la même foulée, l’assemblée générale de l’institution financière, prévue à la fin du mois prochain, pourrait créer des surprises avec le départ forcé de certains directeurs, soupçonnés de négligence professionnelle.

L’Employée qui «touzour la»

Alors que notre dette publique augmente, voilà qu’on assiste à une dilapidation des fonds publics. Quel est le rôle d’une jeune femme qui est omniprésente à chaque réunion de cet organisme parapublic ? Serait-ce une hôtesse d’accueil ? Une secrétaire personnelle ? Une directrice de communication ? Non, ce n’est qu’une «Project Officer». A-t-elle été embauchée uniquement pour accompagner son CEO lors de ses déplacements ? Car les sourcils se soulèvent à chaque fois qu’elle se pointe les lundis à la réunion de coordination autour d’un projet d’envergure. Une présence jugée inutile par certains. Encore une «protégée» de plus de ce gouvernement.

Sawmynaden trop léger

Après une gifle sonore provenant de l’avoué d’une association socioculturelle, Yogida Sawmynaden ferait désormais aussi face à un revers au sein de son parti, le MSM, qui songe à le remplacer lors des prochaines législatives. C’est dans cette optique que Renganaden Padayachy et Nilen Vencadasmy, macérés par Lakwizinn et le sous-chef Ken Arian, pourraient décrocher leur ticket, soit au n°8 (Quartier- Militaire–Moka), soit au n°18 (Belle-Rose– Quatre-Bornes), soit au n°13 (Rivièredes- Anguilles–Souillac). Des promesses juteuses leur auraient été faites dans une tentative de rétablir les ponts avec les membres de la communauté qui n’ont pas apprécié que le couple Sawmynaden «pé manz tou zot mem»

Affluence pétillante dans l’Ouest

Agitation particulière à Tamarin depuis peu. Un nombre grandissant de personnes, mises au parfum par le bouche-à-l’oreille, convergent vers Cap Tamarin pour aller visiter le Super U Express. Pourtant, l’enseigne a ouvert ses portes il y a plusieurs semaines déjà mais ne faisait pas encore le buzz dans la région. Renseignements pris : il nous revient que c’est maintenant que le permis d’alcool leur a enfin été délivré et que la collection de lancement vaut vraiment le détour pour reprendre l’expression de ce connaisseur d’alcools fins…
 

Un trio qui dérange

La présence de trois anciens hauts responsables d’Air Mauritius (MK) au meeting travailliste mercredi dernier fait jaser. Ils sont Manoj Ujodha, ancien CEO ; Dass Thomas, l’ancien conseiller spécial de feu Nash Malla-Hasham ; et Iqbal Bhayat, le représentant permanent de MK à Londres à chaque fois que les travaillistes reviennent au pouvoir. Il est à noter que Dass Thomas, qui était président du conseil d’administration de Mauritius Telecom de 2005 à 2014, avait aussi bénéficié d’un pactole de près de Rs 7 millions de MK après son limogeage par le gouvernement MSM-MMM issu des élections de septembre 2000.

Qui va porter le message

Le service de renseignements a eu toutes les peines du monde pour communiquer à l’Hôtel du gouvernement que les travaillistes brassent plus large que le parti orange et ses militants du ML sur le terrain. Le départ de Madhow à la tête du National Security Service (NSS), qui avait confirmé le retour en force de Navin Ramgoolam, du PTr ainsi que du PMSD, et son remplacement par un autre proche des Jugnauth, ont envoyé le signal aux policiers : «Ne venez pas nous dire que le terrain glisse, faites mieux votre travail et dites-nous simplement qu’on aura ce second mandat»… Prédiction qui devient de plus en plus difficile, selon le NSS. D’ailleurs, c’est parce que Madhow avait pris pour habitude de contredire les gouvernants sur plusieurs sujets qu’il a été muté. Il est victime de ses rapports sans fioritures.

{{title}}

{{#if summary}}

{{summary}}

{{/if}} {{#if image}}
{{image.alt}}
{{/if}} {{{body}}}
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires