Attouchements sexuels: nouveaux interrogatoires au sujet du «gourou» Hosanee

Avec le soutien de
Rajesh Hosanee est accusé dans plusieurs affaires d’attouchements sexuels.

Rajesh Hosanee est accusé dans plusieurs affaires d’attouchements sexuels.

Un jeune homme de 28 ans a dû se rendre au poste de police de Flic-en-Flac, la semaine dernière, pour donner sa version sur les agissements du gourou, Rajesh Hosanee. Ce témoin, dont la sœur est une victime du leader de la secte, avait pour tâche de raconter à la police ce qui s’était passé à l’hôtel, à Flic-en-Flac, lors d’un séjour en famille.

Rajesh Hosanee, également présent, aurait commis des attouchements sexuels sur sa sœur, il y a quelques années. «J’étais moi-même encore un enfant quand cela s’est produit. Mais je me rappelle qu’il avait insisté pour que ma sœur soit seule avec lui dans la chambre, sous prétexte qu’il allait prêcher la parole de Dieu», explique l’habitant de Coromandel. Les policiers l’ont également questionné sur les pratiques du gourou. «Ils m’ont demandé comment il priait. Je leur ai raconté ce dont je me rappelle», confie le jeune homme.

Son père, qui a longtemps été le bras droit de Rajesh Hosanee, sera lui aussi interrogé prochainement. Celui-ci a coupé tout contact avec sa fille, depuis plusieurs années, quand elle a abandonné la secte. «Paster finn dir li pa get mo ser akoz sé enn démon sa», commente le frère.

Au poste de police de Beau-Bassin, un autre fidèle de la secte a donné sa version des faits durant la semaine. Convoqué, il a expliqué, entre autres, les pratiques de Rajesh Hosanee sur les jeunes filles dans une petite pièce au collège New Devton. Même si il y était, il affirme n’avoir jamais vu à l’intérieur quand le gourou faisait «ces choses».

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
Suivez le meilleur de
l'actualité à l'île Maurice

Inscrivez-vous à la newsletter pour le meilleur de l'info

OK
Pour prévenir tout abus, nous exigeons que vous confirmiez votre abonnement

Plus tardNe plus afficher

x