Les écolos sont emballés par les feuilles de bananiers !

Avec le soutien de
Plus besoin de sacs en plastique pour ces fruits pesant 500 grammes ou un kilo, qui sont enveloppés dans une feuille de bananier.

Plus besoin de sacs en plastique pour ces fruits pesant 500 grammes ou un kilo, qui sont enveloppés dans une feuille de bananier.

Cette nouvelle initiative écologique vient de la compagnie Médine Ltd. Si ce projet pilote réussit, les emballages en plastique pourront bientôt être remplacés par ceux faits de produits naturels.

La réutilisation de feuilles de bananiers pour le packaging est écologique ; compostables à 100 % et biodégradables. «Plutôt que de jeter la matière première que constituent les feuilles, nous l’utilisons pour un packaging écologique», souligne Pierre Philippe Lenferna.

La compagnie Médine Ltd, productrice de bananes, a opté pour cette solution car au dire du Marketing Manager du pôle Agriculture, il faut savoir qu’un bananier est systématiquement coupé après que son régime a été récolté. Les feuilles, ainsi que les bananes, proviennent exclusivement des champs de la compagnie Médine Ltd. «Nous avons une matière première déjà existante que nous avons décidé de réutiliser pour nos besoins de packaging, plutôt que de nous en débarrasser», soutient-il.

Pierre Philippe Lenferna explique les différentes étapes. «Nous commençons par couper les feuilles des bananiers, qui ont déjà rapporté un régime et sélectionnons les plus belles feuilles, bien vertes. Celles-ci sont ensuite transportées jusqu’à notre centre de conditionnement où elles sont découpées dans des dimensions spécifiques. Les bananes sont alors emballées par cinq ou par dix dans les feuilles pliées, pour en faire un produit fini pesant entre 500 g et 1 kg. Nous nous servons ensuite d’une cordelette naturelle pour entourer et consolider le tout.»

Un essai

Il s’agit, pour l’instant, d’un essai, au dire du Marketing Manager et seulement deux supermarchés, Sik Yuen et Intermart Ebène, sont approvisionnés en bananes ainsi empaquetées. Ces deux supermarchés combinés en vendent environ 750 kg par mois, ce qui implique 1 000 sacs de plastique utilisés en moins. 

«Sik Yuen et Intermart Ébène ont accepté de travailler avec nous sur ce projet pilote. Nous espérons que cette initiative pourra se poursuivre sur le long terme et entraînera une réelle tendance à terme dans le pays», énonce Pierre Philippe Lenferna. Étant encore à l’étape de test, les réactions du marché doivent encore être analysées, ainsi que les produits avant de se lancer de manière plus soutenue dans ce projet, selon notre interlocuteur. Ledit projet a été lancé la semaine dernière et s’étalera sur une durée de trois à quatre semaines dans les supermarchés susmentionnés. 

Sur les réseaux sociaux, dans la presse et en supermarché, Pierre Philippe Lenferna dit que l’on a constaté que les commentaires des consommateurs sont très positifs. Cela démontre qu’ils tiennent à ce que des solutions soient trouvées pour remplacer le plastique. Par ailleurs, cette initiative fait que le coût est malheureusement plus cher car les bananes prennent beaucoup plus de temps à être emballées que lorsqu’elles sont mises dans un sac en plastique, qui est scellé à l’aide d’une machine.

Barquettes compostables

Étant continuellement à l’écoute des attentes des clients, ils ont noté une demande grandissante pour une alternative au plastique venant de la part des consommateurs. Pierre Philippe Lenferna explique que le pôle Agriculture du Groupe Médine réfléchit et travaille ainsi sur différentes initiatives depuis un certain temps. «Nous saluons, d’ailleurs, l’ouverture écologique des deux supermarchés.»

Le projet n’implique que les bananes pour le moment. Si cette phase pilote est concluante, sa faisabilité serarevue pour étendre ce type de packaging à l’ensemble des supermarchés et aussi potentiellement l’étendre à d’autres produits de la gamme Jardins de Médine. Un autre projet est de remplacer les barquettes en plastique par des barquettes compostables pour d’autres produits tels que les poivrons, tomates cerises et pommes d’amour très prochainement. «La démarche des Jardins de Medine est écologique et notre ambition à travers ce projet est claire ; à savoir, réduire l’utilisation du plastique pour l’emballage de nos fruits et légumes !», a-t-il spécifié.


Sik Yuen utilise les feuilles de bananier

Le nouvel emballage est soit très demandé par les uns, soit en fait reculer d’autres, étant donné que le prix du produit est considéré exorbitant.

Ce supermarché, c’est Sik Yuen, à Curepipe. Dans ses rayons de produits frais, désormais, les bananes sont emballées dans des feuilles de bananier (produit local fourni par la compagnie Medine Ltd (voir texte ci-dessus). Une manière originale de combattre le gaspillage du plastique responsable de dégâts à l’échelle planétaire.

C’est quoi l’histoire derrière cet emballage de feuille de bananier ? Thierry Yeung Sik Yuen, le Chief Executive Officer (CEO), qui prône la fidélité clientèle, est très concerné par l’environnement. D’où la découverte de ce nouvel emballage écologique.

Parmi les légumes et fruits se trouvant sur les rayons des produits frais du supermarché Sik Yuen, qui fêtera ses 81 ans bientôt, la star actuelle c’est la banane. Puisqu’elle attire unanimement l’attention de par son emballage.

Autour des feuilles est attachée une ficelle naturelle de jute biodégradable. Des alternatives naturelles, écologiques et peu coûteuses, qui permettent de protéger les produits sans l’exploitation bête des ressources naturelles de la planète et sans causer des tonnes de déchets polluants et non biodégradables.

La Thaïlande montre l’exemple

Thierry Yeung Sik Yuen a, pour la première fois, vu cette pratique dans un supermarché à Chiang Mai, le Rimping Supermarket, lors d’un séjour en Thaïlande. «Sur les rayons de cette grande surface, les salades, poivrons et autres ne sont plus emballés dans du plastique, mais dans des feuilles de bananier.» De retour à Maurice, c’est la compagnie Médine Ltd, qui a proposé l’idée. Ainsi, Sik Yuen est parmi les premiers supermarchés choisis pour ce projet. Les bananes, devenues presque des vedettes, sont disponibles dans le supermarché depuis plus d’une semaine.

Quel a été le constat des employés sur ce nouveau geste écologique ? «Le retour est positif de la part de plusieurs consommateurs. Beaucoup adorent le nouveau look des bananes. Pour moi, c’est naturel et je trouve que c’est bon pour l’environnement», confie le chef des rayons de produits frais, Vicky Gooroochurn. 

Pour Nazleen Hossen Saib, un superviseur, «le produit en devient un in high demand». En poursuivant son parcours jusqu’à son poste de travail, la caissière Bendoo Ashinabye nous parle de «service plus bio».

Les consommateurs, eux, ont un avis mitigé. Si certains aiment bien le nouvel emballage, d’autres trouvent exorbitant le prix de la banane. À l’instar de cette cliente, qui «achète une banane à Rs 5 l’unité et ici cinq bananes me coûtent plus de Rs 40. Si c’est pour payer l’emballage, je laisse tomber».

Mais beaucoup d’autres consommateurs ne connaissent pas encore cet emballage écologique, qui est tout aussi pratique, sain et économique. Cette alternative au plastique a en plus l’avantage d’être écologique. Une initiative originale et exemplaire.

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires