Port-Louis: une ado de 13 ans accuse sa mère de maltraitance

Avec le soutien de
Le père de la fille a décidé de la reprendre sous sa responsabilité.

Le père de la fille a décidé de la reprendre sous sa responsabilité.

Elle n’aurait pas à manger, se ferait injurier et frapper. Une adolescente de 13 ans accuse sa mère de la maltraiter. Chose que réfute cette dernière. L’affaire a été prise en charge par la Child Development Unit (CDU) et la garde de la jeune fille a été confiée à son père, un habitant de Cassis. Une réunion est prévue par la CDU avec le père ce matin, à 9 heures.

Samedi 20 avril dernier, l’adolescente raconte qu’elle a été victime de maltraitance de la part de sa mère à Port-Louis. Le père de la jeune fille a été alerté par la CDU aux alentours de 12 h 30. Il a pris la décision d’emmener sa fille chez lui. Il n’arrive pas à croire que son ex-femme puisse être capable d’un tel comportement. «Kouma enn mama kapav fer koumsa lavey Pâques», déplore l’habitant de Cassis.

Il était en train de travailler quand son portable n’a cessé de sonner. Pensant que sa fille était en train de plaisanter, il a répondu à un appel. À sa grande surprise, c’était un officier de la CDU. Ce dernier lui a alors expliqué que sa fille serait victime de maltraitance de la part de son ex-femme. Pris de panique, «monn al get mo tifi», nous dit-il. C’est ainsi que l’adolescente lui a raconté toute la vérité.

La jeune fille est revenue sur le calvaire que lui aurait fait vivre sa mère, en présence et avec l’accord de son père. «Mo pa gagn manzé laba. Mo mama amenn enn ta dimoun dan lakaze, li zour mwa ek bat moi. Mo anvi res kot mo papa mem.» Choqués par ces révélations, les officiers de la CDU ont conseillé au père de porter plainte contre la mère. Il a, ainsi, déposé une plainte au poste de police de Bain-des-Dames, samedi après-midi.

Le père a aussi avoué que c’est par mesure de sécurité qu’il a permis à sa fille d’habiter avec sa mère car il est pris avec son travail. Il a, toutefois, pris la décision de reprendre sa fille sous sa responsabilité suite aux derniers événements.

La mère de l’adolescente n’a pas voulu faire de commentaire sur le sujet et nous a lancé: «Li fos séki ou pé dir mwa. Mo péna nanié pou dir ou. Mo pa pou akizé ladan mwa.»

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires