D’ici juin 2020 Oxenham s’appuie sur sa brasserie pour viser un chiffre d’affaires de plus de Rs 1 milliard

Avec le soutien de
Le groupe Oxenham, surtout connu sur le marché des vins et spiritueux, a lancé sa première bière artisanale, le 7 mars.

Le groupe Oxenham, surtout connu sur le marché des vins et spiritueux, a lancé sa première bière artisanale, le 7 mars.  

Innovation, diversification et qualité. Ce sont, entre autres, les maîtres mots du groupe Oxenham. Celui-ci vient d’ailleurs de franchir un palier supérieur dans son évolution, avec le lancement de sa première bière artisanale, The Thirsty Fox, le 7 mars. Marque qui vient s’ajouter aux 35 autres que le groupe a créées au fil de ses 85 années d’opération. Déjà engagée dans la production de vins et spiritueux, à travers l’Oxemham Wine et d’Oxenham Distillery, l’entreprise familiale s’appuie, entre autres, sur sa brasserie – qui a nécessité un investissement de Rs 40 millions – pour engranger de nouveaux revenus et ainsi viser un chiffre d’affaires dépassant la barre des Rs 1 milliard en 2020. Et dont entre 20 % et 25 % seront réalisés hors de Maurice.

«Nous estimons qu’il avait un marché niche pour une bière artisanale répondant à une clientèle qui, au fil des années, a développé un goût pour les bières premium et de spécialité, autre que la Lager, consommée massivement par le grand public», explique Sylvan Oxenham, le Chief Financial Officer d’Oxenham et une des têtes pensantes de la stratégie de développement du groupe. D’où la décision de l’entreprise familiale d’investir dans la mise en place d’une unité de brasserie au siège du groupe situé dans la zone industrielle de Phœnix.

The Thirsty Fox se veut, selon Sylvan Oxenham, la première «commercial craft beer» de Maurice. Sa particularité: elle est brassée pendant huit semaines, en petit volume. Soit 3 500 litres par batch (production par lots). Cela, avec toute l’attention et la créativité que requiert une bière artisanale, indique le Chief Financial Officer du groupe. Pasteurisée, la bière a une durée de vie de trois mois sur les étagères des commerces, notamment les supermarchés, les restaurants et les hôtels.

Pour le moment, quatre varié- tés de cette bière artisanale sont proposées en chopine et éventuellement en canette (une Lager et trois Ales, nommément une Pale Ale, une Amber Ale et une Weiss). Elles sont développées à partir d’une sélection de six à sept meilleurs malts d’origine allemande et d’équipements venant tout droit de l’American Beer Equipment, au Nebraska.

«Nous nous sommes donné les moyens de nos ambitions, soit de devenir une référence mauricienne, avec The Thirty Fox. En ciblant déjà 5 % des parts de marché d’ici fin 2020», poursuit Sylvan Oxenham. Le Chief Financial Officer d’Oxenham de faire valoir que c’est une bière de dégustation visant un segment spécifique du marché quant à son rapport qualité-prix.

Oxemham Craft Brewery, qui a fait appel à un maître brasseur, Jörg Finkeldey (comptant plus de 25 ans d’expérience au niveau international), pour développer The Thirsty Fox, dispose d’une ligne d’embouteillage de 12 000 unités par jour et d’une unité de production d’une capacité d’un million de litres par an. Le groupe espère augmenter progressivement cette production suivant son accueil sur le marché, estime Sylvan Oxenham.

Au-delà de The Thirst Fox, l’entreprise familiale souhaite marquer avec cette innovation une volonté de poursuivre sa stratégie de diversification. Son Chief Executive Officer, Brian Oxenham, soutient que celle-ci a «un intérêt économique étant donné qu’elle apportera un plus à sa stabilité financière, tout en consolidant sa présence sur le marché et en créant de nouveaux emplois».

Et d’ajouter que le lancement de cette brasserie s’inscrit dans la logique du développement du groupe qui, depuis 85 ans, s’efforce «d’être un… marchand de bonheur». Il était donc logique, souligne Brian Oxenham, «de rester fidèle à cette promesse de bonheur et d’offrir à notre public la diversité de goûts et d’arômes que compte l’industrie de la bière aujourd’hui».

Sylvan Oxenham, qui se réjouit du positionnement des produits locaux sur le marché mauricien, affiche également des ambitions régionales pour sa palette de produits. D’ores et déjà, l’ex-président de l’Association of Mauritian Manufacturers vise les marchés seychellois, malgache et kenyan pour écouler The Thirsty Fox. Et ce, dit-il, après une période d’une année de consolidation.

Maurice a importé 1,2 m de litres de bière

La bière importée a connu une croissance importante ces dix dernières années: de 102 000 litres en 2006, Maurice a importé 1,2 million de litres de bière en 2018. Une tendance qui reflète le boom que connaît la bière dans le monde. Alors que ce marché était en déclin, il a repris depuis des années 2000, dopé en grande partie par la bière artisanale. Les experts prévoient une croissance de 14 % d’ici 2023. À Maurice, la vente de bières importées, bières premium, a augmenté de plus de 30 % ces cinq dernières années.

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires