Arnaque sur internet: les vidéos de l’enquête de Micode dans des centres d’appels mauriciens

Avec le soutien de
Schéma de fonctionnement des protagonistes impliqués dans cette arnaque sur internet présumée (les noms de personnes sont des pseudonymes).

Schéma de fonctionnement des protagonistes impliqués dans cette arnaque sur internet présumée (les noms de personnes sont des pseudonymes).

«Safe Code», l’enquête. Telle est la série de vidéos du youtubeur français Micode. Ce jeune a infiltré le monde des centres d’appels à Maurice pour travailler sur les arnaques au faux support informatique. Ce qui l’a conduit à Tecnokrats entre autres. C’est également le type d’arnaque dont RHB Outsourcing est soupçonné dans un article du Monde paru le 15 avril. Dans la cybercité, finalement, comme dans l’offshore, il peut y avoir du très bon, et de l’illégal…

 

Mais la violence du milieu, notamment un patron mauricien qui voudrait «casser les jambes» à un autre est impressionnante. Surtout que lui dit qu’il ne traine pas dans les magouilles mais qu’il en serait à la source. Finalement, nous ne sommes pas au courant d’un centième de ce qui se passe dans ce milieu des technologies de l’information et de la communication, réseau aux tentacules à l’international, car trop obscur, incompréhensible pour les profanes.

Mais au-delà du simple aspect mauricien (rassurez-vous visiblement les pays qui concentrent le plus d’argent et de moyens en matière d’arnaques internet seraient la Tunisie et l’Inde, il y a aussi le Maroc les Philippines, Madagascar et Maurice, mais c’est plus secondaire…), il décortique, de façon très schématique, cette arnaque et les escroqueries dont vous pouvez être victimes sur le Net. Fenêtre bleue (blue screen of death Windows), pop-up qui vous menace parce que soi-disant vous seriez allé sur un site porno, alertes bancaires… Educatif à plus d’un titre. Moralité : méfiez-vous des fenêtres pop-up, ne prenez jamais une décision d’envoyer de l’argent à la va-vite.

 
 

Micode est arrivé à Maurice en février de cette année, pour infiltrer le réseau. «J’avais contacté les responsables de l’arnaque, je me suis fait passer pour quelqu’un qui voulait travailler avec eux. J’ai rencontré l’une des personnes qui mènent ces arnaques. Elle s’était mise à son propre compte après un différend avec Tecnokrats et travaillait donc directement avec les Colombiens. Cette personne m’a donné une sorte de formation, m’a montré comment procéder, répondre aux appels, les astuces pour gagner la confiance des victimes. J’ai été formé donc à mentir tout simplement aux gens qui appellent, avec des méthodes qui paraîtraient vraiment débiles à ceux qui connaissent un peu l’informatique. Je me suis aussi rendu dans le centre d’appels de Tecnokrats. La compagnie avait entre-temps changé de mains. Mais elle travaillait toujours avec les mêmes personnes en Colombie. Selon mon enquête, il y a Tecnokrats, qui a travaillé avec les Colombiens à ce jour, avec une interruption lorsque la compagnie a changé de mains, de juin à septembre. Il y a également des individuels, comme la personne qui travaille à son propre compte chez elle, à Vacoas, ou encore ses associés. J’ai eu vent aussi que des gens de chez Tecnokrats ont remonté plusieurs affaires, même à Madagascar. Mais là-bas cela n’a pas marché», détaille encore Micode.

Le youtubeur déplore toutefois que «le pire dans tout ça, c’est que le pays de l’île Maurice est absolument magnifique (…) les gens là-bas sont adorables. C’est juste dommage que ce soit entaché par certaines de ces activités. J’espère qu’elles pourront être stoppées…»

Les trois vidéos de cette enquête de Micode sont présentées dans cet article de la dernière à la première.

 
 
Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires