Manif contre les eaux usées à Saint-Paul: arrêtés, père et fille sont outrés

Avec le soutien de
En colère, des habitants de l’avenue Nehru, Phoenix, manifestant contre le débordement d’eaux usées, mardi.

En colère, des habitants de l’avenue Nehru, Phoenix, manifestant contre le débordement d’eaux usées, mardi.

Il est planteur et exerce comme peintre à temps partiel. Elle est, elle, sans emploi. Sanjay Mahadeo, 50 ans, et sa fille Darshinee, 25 ans, des habitants de Saint-Paul, Phoenix, ont été traduits en cour de Curepipe vendredi 19 avril, dans le sillage de la manifestation qui s’est tenue dans cette localité mardi 16 avril au soir, après un débordement d’eaux usées. 

Une charge provisoire de «taking part in an unlawful assembly» a été retenue contre eux. Père et fille ont dû s’acquitter d’une caution de Rs 8 130 chacun. Ils ont aussi plusieurs clauses à respecter. Ils n’ont pas le droit de quitter le pays et ils doivent se rendre chaque mardi au poste de police le plus proche de leur domicile, entre 6 et 18 heures. Ils devront se présenter à nouveau en cour le 24 septembre. 

Sanjay et Darshinee Mahadeo sont outrés, voire abasourdis, par ce qui se passe. La jeune femme est d’autant plus préoccupée qu’elle cherche en ce moment de l’emploi. «Ou imazinn ou ki sa kav ena lor mo sertifika moralité», déplore-t-elle. 

Devant leur porte

Selon le père et la fille, ils n’ont nullement organisé une manifestation ni pris part à un quelconque rassemblement. «Nou ti pe zis exprim nou ek lapress. Nou ti nepli kapav ek sa problem la ! Lerla dimoun inn entouré. Nou pa finn planifié sa nou…» 

Qui plus est, selon eux, ils se trouvaient devant leur porte. «Nou pa finn desan lor simé pou fer desord…kot problem la ti été nou ti laba mem», soulignent-ils. La colère se mêle aussi à l’incompréhension. 

Plusieurs autres habitants incriminés par la police se demandent pourquoi iles forces de l’ordre s’«acharnent» uniquement sur les habitants de Saint-Paul. «Ti enn manifestasyon dan Cottage, ou ti tann kitsoz ? Dan Fond du Sac ? Sa non», fulminent-ils. 

Les Mahadeo sont cependant en partie soulagés. «Parti travayis finn donn parole ki li pou pran nou défens», indique Sanjay Mahadeo. Il confie qu’ils n’avaient pas les moyens de se payer un bon avocat. 

Contacté, le président du Parti travailliste, Patrick Assirvaden, confirme les dires du planteur. «Toutes les personnes qui ont été arrêtées jusqu’ici dans cette affaire auront un soutien légal des Rouges. Elles seront tous représentées par l’avocat Yatin Varma lors de leur comparution.» 

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires