Les grands titres de l’express de ce jeudi 18 avril 2019

Avec le soutien de
Selon la plainte de Me Gujadhur (à g.), la lettre ouverte de Raj Ramlugun (au centre) fait croire, entre autres, que «the management of Air Mauritius is being done by those who are in power to run the affairs of the country». À dr : Arjoon Suddhoo, qui a choisi de quitter la compagnie, après avoir longtemps présidé son conseil d’administration, pour prendre de l’emploi à l’étranger.

Selon la plainte de Me Gujadhur (à g.), la lettre ouverte de Raj Ramlugun (au centre) fait croire, entre autres, que «the management of Air Mauritius is being done by those who are in power to run the affairs of the country». À dr : Arjoon Suddhoo, qui a choisi de quitter la compagnie, après avoir longtemps présidé son conseil d’administration, pour prendre de l’emploi à l’étranger.

En une: Pertes financières d’Air Mauritius: Qui veut intimider Raj Ramlugun ? Autre titre : Arrêtés puis relâchés: Assirvaden et Sayed-Hossen crient à la vendetta politique.  

Pertes financières d’Air Mauritius: Qui veut intimider Raj Ramlugun ?

Dans une plainte, qui clairement bafoue la liberté d’expression, rédigée par l’avoué proche du pouvoir Jaykur Gujadhur, Air Mauritius réclame Rs 50 millions à Raj Ramlugun, ex-employé de la société d’aviation nationale. Il lui est reproché d’avoir, par le biais d’une lettre ouverte au Premier ministre, terni la réputation de l’entreprise, en exposant des failles du management…

Arrêtés puis relâchés: Assirvaden et Sayed-Hossen crient à la vendetta politique

D’autres arrestations sont à prévoir après la manifestation survenue en raison de l’accumulation d’eaux usées mardi soir. Des habitants expliquent que les récentes grosses pluies ont fait empirer la situation, d’où leur colère. La WMA, elle, se veut rassurante en annonçant un prompt remplacement des vieux tuyaux.

Construction de drains à Fond-du-Sac: quelles sont les intentions réelles du gouvernement ?

«Nous ne voulons simplement pas céder nos terres sans avoir des réponses à nos questions.» Sauf que des réponses, Kaviraj Naugah, un des fils de Tandraz Naugah, qui détient quatre arpents à Mapou, n’en a pas eues. Alors que les drains que prévoit de construire le gouvernement à Fond-du-Sac devraient passer par ses terres. 92 portions de terres sont concernées par l’acquisition obligatoire enclenchée par l’Etat, a indiqué le ministre de l’Environnement Etienne Sinatambou au Parlement mardi. 

En une.
Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires