Il a tué son père… à cause d’un lit

Avec le soutien de
Le verdict est tombé devant la Cour intermédiaire.

Le verdict est tombé devant la Cour intermédiaire.

«Un malheur est arrivé et cela a détruit une famille en entier», confie un proche des Petite. La semaine dernière : Louis Fabrice Petite, 27 ans et père de deux enfants, a été fixé sur son avenir. La cour l’a condamné à 10 ans de prison pour avoir causé la mort de son père, 56 ans. Comment en est-il arrivé là ? 

Dans la région de Chemin-Grenier, à l’avenue Mont-Carnel, ce drame choque encore. «Une dispute avait éclaté au sujet d'un lit que des proches avaient offert à cette famille. Deux membres se disputaient ce lit et le père, Clifford est intervenu», se souvient d'un habitant de la région. Les faits remontent au 12 janvier 2015. 

Ce jour-là, le suspect avait déjà bu plusieurs verres d’alcool. Et après sa journée de travail comme aide-chauffeur, il s’est écroulé sur un lit pour faire une sieste. Sauf que sa sœur, qui vivait quelquefois chez lui voulait également utiliser ce même lit. «Sa de la, touletan zot ti couma sat ek lichien. Zot ti pe laguer. Fabrice devait lui dire que le lit lui sert à lui et à sa famille. Mais la sœur ne voulait rien comprendre. Ils s'insultaient mutuellement et en sont venus aux mains», explique un proche.

En fait, Louis Fabrice Petite, son épouse ainsi que leurs deux enfants en bas-âge dormaient autrefois sur un vieux lit. Et lorsqu’un proche leur a proposé de leur offrir ce lit, ils ont été plus qu’enchantés. Sans se douter que c’est ce même lit qui allait faire leur malheur. 

Car pendant que les deux se bagarraient, le père, Clifford Petite, est intervenu avec un bâton et a donné des coups à son fils. Sans réfléchir, le père des deux enfants s’est saisi d’un couteau chinois que son épouse avait placé près du lit, un peu plus tôt, pour hacher de la viande.

Et Louis Fabrice Petite a donné un coup fatal à son père. «Fabrice n'est pas un mauvais garçon. Je pense qu'il regrette ce qu'il a fait. Il ne voulait pas blesser son père», confie un proche. 

Le père, blessé au bras, avait passé dix jours à l'hôpital Jawaharlall Nehru, Rose-Belle. Sauf qu’il a rendu l’âme, peu après une septicémie. 

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires