Décès de Désiré L’Enclume: le football mauricien rend hommage à son illustre gardien

Avec le soutien de
«Désiré L’Enclume était une personne très respectable et respectée, sur et en dehors du terrain», selon Alain Lim Kee Chong, ex-arbitre international.

«Désiré L’Enclume était une personne très respectable et respectée, sur et en dehors du terrain», selon Alain Lim Kee Chong, ex-arbitre international.

Le football mauricien a perdu l’un de ses plus illustres représentants. Désiré L’Enclume, l’ancien gardien de but du Club M, s’est éteint dans la soirée de jeudi, après une longue maladie. Les hommages au héros de la finale de football aux JIOI de 1985 se multiplient dans le monde du ballon rond.

Alain Lim Kee Chong, ancien arbitre international, a connu Désiré L’Enclume lorsque ce dernier était au summum de sa carrière. «C’était une personne très respectable sur et en dehors du terrain», confie le membre de la Commission des arbitres de la Fifa.

«Spiderman» fêté en héros pour ses deux arrêts lors de la séance de tirs au but face à la Réunion en finale des JIOI 1985.

Les deux hommes se sont souvent côtoyés sur le rectangle vert et l’esprit sportif de l’ancien portier de la Fire Brigade a toujours été salué par Alain Lim Kee Chong. «Je n’ai jamais eu de problème avec lui. Au contraire, cela me rassurait quand il était sur le terrain car il savait comment parler à ses coéquipiers. “Pa per ti sinoi, mo pou met lord”», disait-il. «Il ne s’énervait jamais, même quand je faisais une erreur», souligne l’ex-arbitre. Ce dernier, également vice-président de la Commission des arbitres de la CAF, se rappelle d’un personnage charismatique et pédagogue. «Il a beaucoup partagé autour de lui.»

Ce quatuor, où figure Désiré L’Enclume (à l’extrême droite), a été présenté à la presse au mois de novembre en vue des JIOI 2019.

Désiré L’Enclume, qui exerçait comme pompier à la caserne de Port-Louis, avait été appelé au chevet du Club M au mois de novembre 2018 pour assister Akbar Patel dans l’optique des JIOI. Patrice d’Avrincourt, l’ancien capitaine du Club M et de la Fire Brigade et du Racing Club, n’a pas manqué de saluer ce monument du football. «Mon adversaire quand j’étais au Racing, mon partenaire à la Fire Brigade et en sélection, puis mon entraîneur en tant que capitaine de la Fire Brigade. Mais par-dessus tout, mon pote, mon frère. Maïka comme on l’appelle amicalement... Repose en paix Spiderman.»

L’ancien élément du Club M et de la Fire Brigade entouré de sa famille.

Oui, l’homme avait hérité de son surnom pour ses nombreux sauvetages dans les cages. Habile et précis dans les gestes, ‘l’araignée’ a été une source d’inspiration. «Ses arrêts en 1985 ont été déterminants. Je me suis lié d’amitié avec lui lorsque nous avions passé 10 mois en stage pour préparer les JIOI de 1985. Ce furent des moments uniques», confie Rajesh Gunesh.

Les souvenirs se comptent par centaines pour Jack Jackson. Les deux hommes ont cheminé ensemble au sein de la Fire Brigade et en sélection. «Il m’a aidé à faire mes premiers pas à la Fire Brigade quand j’ai débuté. Nous avions été champions de la saison 1984/1985. Sa perte m’attriste énormément.»

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires