FinTech: le Crowd Lending ou un financement non bancaire

Avec le soutien de
 (De g. à dr.) Ludovic Rajibe, Alexandre Béchard, Amar Buhorah et Paul Perrier, sont les représentants de la société Fundkiss Technologies Ltd.

(De g. à dr.) Ludovic Rajibe, Alexandre Béchard, Amar Buhorah et Paul Perrier, sont les représentants de la société Fundkiss Technologies Ltd.  

Le concept de Crowd Funding est bien connu par des Mauriciens pour lever des fonds à des fins sociales. Or, pour les entreprises, il existe le Crowd Lending, qui est un concept de financement d’un nouveau genre. C’est Fundkiss Technologies Ltd qui revendique cette solution pour financer les petites et moyennes entreprises (PME). La société, implantée au sein du Mauritius Africa Fintech Hub, est une des success stories qui ont obtenu un écho favorable lors du FinTech Event, lundi, au Caudan Arts Centre, à Port-Louis.

Alexandre Béchard, qui avec Paul Perrier et Ludovic Rajibe ont fondé l’entreprise en 2016. Alexandre Béchard, explique que d’habitude les banques sont prêteuses en cas de garantie. «Sur notre plateforme, ce sont les personnes qui financent des projets», souligne celui qui est aussi le CEO.

Trois projets ont été financés jusqu’à présent, soit pour le compte de Brocante Co Ltd, de Marchand et de Saveurs Végétales Ltée. Rs 35 000, Rs 125 000 et Rs 600 000 respectivement ont été décaissées en leur faveur. Un quatrième projet est en gestation.

Faisant ressortir que les PME contribuent au produit intérieur brut à hauteur de 40 % et qu’elles couvrent 55 % des emplois, Alexandre Béchard note les difficultés qu’elles rencontrent pour financer des projets. En même temps, la volonté des particuliers ou des entreprises de financer les PME est bien réelle. C’est ainsi que Fundkiss a lancé le concept de Crowd Lending afin de démocratiser l’accès à des prêts à court terme pour des projets commerciaux.

Fundkiss s’adresse à deux profils bien distincts : les prêteurs et ceux qui cherchent un financement. La plateforme fundkiss.mu permet de s’inscrire et faire une demande de financer un projet ou de porter un projet.

Les PME doivent préparer un dossier solide pour être listées sur fundkiss.mu. Elles doivent compter au moins deux ans d’existence et démontrer leur capacité de remboursement du prêt. Selon Alexandre Béchard, une fois l’aval obtenu, le projet est prêt à être financé et restera un mois sur le site Web.

Taux d’intérêt de 11 À 15 %

Quand le montant atteint 100 %, cet argent est transféré dans un escrow account avant d’être disponible pour le projet. Le taux d’intérêt varie entre 11 et 15 % pour ce prêt. Quant aux mensualités, elles sont calculées par rapport au montant levé. Si la campagne est couronnée de succès, des frais de 5 % et de 3 % sont appliqués sur les transactions.

«Nous conseillons aux particuliers et aux entreprises de ne pas placer les fonds sur un seul projet car il y a des risques, prévient Alexandre Béchard. C’est la raison pour laquelle on suggère de financer plusieurs projets pour un retour sur investissement. Les investissements débutent dès Rs 5 000.»

Les individus peuvent injecter entre Rs 5 000 et Rs 100 000 dans un projet alors qu’une entreprise peut y placer jusqu’à Rs 1 million. Même si le retour sur l’investissement est entre 8 et 11 % par an, il n’y a aucune garantie sur le montant investi.Toutefois un Safeguard Fund est mis en place pour que les investisseurs puissent récupérer au moins 10 % de la somme injectée. D’ailleurs, si un projet n’atteint pas l’objectif, les prêteurs sont à même de recevoir le montant initialement investi.

La plateforme va se renforcer avec de nouvelles fonctionnalités et des modalités plus attrayantes, indique-t-on. Fundkiss Technologies détient une licence Fintech du Regulatory Sandbox tombant sous l’égide de l’Economic Development Board.

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires