Trafic de drogue: le père des quadruplés arrêté, la mère parle de «coup monté»

Avec le soutien de
Devina Bhoyjonauth allègue que son compagnon, Veeren Rungen, a été battu.

Devina Bhoyjonauth allègue que son compagnon, Veeren Rungen, a été battu. 

Il reste en détention jusqu’au 16 avril. Veeren Rungen, 45 ans, a été traduit devant le tribunal hier, sous une accusation provisoire de trafic de drogue. Plongeant dans la consternation sa compagne, Devina Bhoyjonauth, 22 ans, qui a accouché de quadruplés le jeudi 28 février. «Ki mo pou fer ? Mo res tousel isi… Momem mama momem papa-la.»

C’est lundi que Veeren Rungen a été arrêté par une équipe de la brigade antidrogue (ADSU) de Savanne, menée par le sergent Sauteur, en collaboration avec le sergent Gunesee et l’ADSU de Mahébourg. 10,18 grammes de drogue synthétique ont été retrouvés en sa possession. En sus, les policiers ont saisi Rs 13 000 sur lui. Ils soupçonnent que cet argent provient de la vente de drogue.

Devina Bhoyjonauth, que nous avons rencontrée à son domicile à Surinam hier, est catégorique. C’est «un coup monté». Elle affirme que c’est le premier cas de drogue contre son compagnon. Elle a suivi son arrestation de leur cuisine. «Li ti pé al asté enn bwat pom damour kan lapolis finn aret li.» Par la suite, les policiers ont perquisitionné leur maison. «Zot inn fouy partou, zot inn dévir partou.» Devina Bhoyjonauth allègue que son compagnon a été battu. «Zot inn bat mo misié dan so vant, mo finn koumans ploré.»

La jeune femme clame haut et fort que l’argent retrouvé à leur domicile a été obtenu honnêtement. «Kot nou ti pé alé dimounn ti pé donn enn ti kas. Nou finn gagn sa par donasion.» Elle déplore toutefois que «lapolis pa lé konpran». D’ailleurs, ajoute-t-elle, «depuis que nous recevons des dons, éna dimounn zot lizié lor nou koumadir nanié pa pé bon». Lundi soir, la jeune femme frêle n’a ni dormi ni mangé. «Mo pé bizin fer démars avoka pou tir mo misié.»

Le quotidien s’annonce d’ores et déjà difficile pour la jeune mère. C’est Veeren Rungen, dit-elle, qui l’epaulait. «J’ai accouché par césarienne. Je ne vais pas bien. Mo res gagn feb.» Elle a rendez-vous à l’hôpital une fois par semaine. Si elle peut certes compter sur le soutien de ses parents, elle ne veut toutefois pas leur donner plus de soucis. Du côté de Veerun Rungen, «li péna mama, papa. Nou pa tro frékant fami».

Devina Bhoyjonauth est toutefois soulagée de savoir que ses quatre bébés, deux filles et deux garçons, vont bien. Ils se trouvent tous désormais à l’hôpital Jawaharlal Nehru, à Rose-Belle, où elle avait accouché. «Fini tir tou tub ek zot. Zot inn mem koumans bwar dan bibron.» Mais au fur et à mesure qu’ils grandissent, les dépenses s’accumulent. Chaque bébé utilise plus de huit couches par jour, et il faut ajouter à cela le coût du lait et du trajet pour leur rendre visite à l’hôpital. «Sa ti pansion zot gagné-la, pa sifi sa. Ek Rs 200 000 gouvernman ti dir pou doné-la, ziskaler pann trouvé sa.»

La jeune mère est désespérée. Elle ne travaille pas. «Ki mo pou fer ? Kouman mo pou get sa bann zanfan-la ? Mo pé bizin alé vini lopital ek station lapolis aster.» Elle craint surtout que son compagnon soit enfermé pendant longtemps. D’autant qu’il fait face à une autre affaire. «Li éna lot case, li ti sipozé pass lakour le 28 mars akoz li ti bat kikenn.»

Devina Bhoyjonauth ne sait plus où donner de la tête. «Si li res laba, mo pa koné ki mo pou fer. Mo bann zanfan ki pou fer ?»

Veeren Rungen fiché à la police

Veeren Rungen n’est pas un inconnu des services de police. Cet habitant de Surinam a un lourd casier judiciaire. Le 23 décembre 2004, en cour, il écope de travaux communautaires pour une affaire d’agression. Le 13 novembre 2009, il est condamné à une amende de Rs 1 200, toujours pour agression. Le 29 janvier 2014, c’est une peine de prison de deux mois qu’il doit purger pour non-respect des conditions de sa remise en liberté conditionnelle. Il a, en outre, déjà été arrêté pour vol et possession d’objets volés. Veeren Rungen est également fiché par l’ADSU. La cour intermédiaire lui a infligé une amende pour «possession of cannabis for the purpose of selling».

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires