Il y 50 ans: Michel Debré jette les bases de la première coalition PTr-PMSD

Avec le soutien de
La une de l’express du 28 mars 1969.

La une de l’express du 28 mars 1969. 

Le 27 mars 1969, Michel Debré, alors ministre français des Affaires étrangères et député de la Réunion, entreprend une visite d'une journée à Maurice. L'histoire retiendra un geste symbolique de ce lieutenant du général De Gaulle.

À l'aéroport de Plaisance, à plusieurs reprises, il joint la main du Premier ministre, Sir Seewoosagur Ramgoolam à celle de Gaëtan Duval, leader de l'opposition en les exhortant à travailler ensemble pour le pays. Maurice n'est, alors, indépendant que depuis une année.

La visite, de celui qui par la suite deviendra le chef du gouvernement français, est assez particulière. Lui même déclare "n'avoir jamais reçu pareil accueil." En effet, Gaëtan Duval et le Parti Mauricien Social Démocrate (PMSD) ont mobilisé une foule importante à Curepipe, à Rose-Hill et à Port-Louis pour souhaiter la bienvenue au distingué visiteur.

À Curepipe, la foule est si immense et indisciplinée que le programme s'en trouve bouleversé. Juste au moment de l'arrivée du cortège officiel, Gaëtan Duval choisit de faire son entrée, porté en triomphe et suivi de nombreux partisans incontrôlables.

Le service d'ordre est débordé. Michel Debré ne parvient pas jusqu'à l'estrade dressée à l'occasion. Le ministre français sort de la voiture officielle et c'est juché sur le toit d'un autre véhicule qu'il tente de répondre aux acclamations de la foule.  Le distingué visiteur est alors porté en triomphe jusqu'à l'estrade. Et là, on le fait grimper sur le toit de celle-ci. 

C'est alors qu'on frôle la catastrophe. Michel Debré, debout sur le toit de l'estrade prend le micro qui lui est tendu pour s'adresser à l'assistance. Il débute son discours : «je viens vous apporter le témoignage de la France....» Mais, il ne parvient pas à terminer sa phrase. Dans un bruit sinistre, le toit de l'estrade s'effondre. Michel Debré et tous ceux qui s'y trouvent sont engloutis à l'intérieur. Heureusement, le visiteur sort indemne. Il est rapidement dirigé vers le cortège qui l'emmène à Port-Louis, sans lui laisser le temps de saluer les personnalités de la ville.

Dans la capitale, la foule est plus disciplinée mais l'accueil est chaleureux tant à la mairie qu'à l'Hôtel du gouvernement. Après la réunion de travail avec les ministres mauriciens, Michel Debré prend la direction du Réduit pour un déjeuner avant de rallier l'aéroport, où il unit symboliquement le leader du Parti Travailliste (PTr) et celui du PMSD.

Des historiens rappellent que c'est à partir de ce moment que débutent les discussions qui aboutissent à la conclusion de la coalition PTr-PMSD, neuf mois plus tard. Ils affirment aussi que la visite de Debré et ses retombées étaient inscrites dans une démarche précise. Il fallait tout entreprendre pour empêcher que le jeune État mauricien ne s'éloigne de l'Occident. On était à l'ère de la Guerre froide et Sir Seewoosagur Ramgoolam était réputé être en bons termes avec les Soviétiques.

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires