Dr Devi Shetty: «Cléanne aura une partie de Cléa avec elle tout au long de sa vie»

Avec le soutien de
Dr Devi Shetty, fondateur et directeur de l’hôpital Narayana Hrudhayalaya.

Dr Devi Shetty, fondateur et directeur de l’hôpital Narayana Hrudhayalaya.

Vous êtes celui qui a dirigé l’opération des sœurs siamoises. Parlez-nous-en.
J’ai effectué plus de 15 000 interventions chirurgicales jusqu’ici et je n’ai jamais eu affaire à ce genre de cas. Nous l’avions étudié en théorie, jamais en pratique. Je n’ai jamais vu de siamois connectés par le cœur. Durant cette opération qui a duré plus de 10 heures, nous avions deux préoccupations majeures : le cœur et le foie. Mon travail consistait à protéger le cœur, pour que Cléanne puisse vivre. Pour ce qui est de Cléa, il n’y avait malheureusement pas d’autre alternative. Depuis leur naissance, c’est Cléanne qui «alimentaient» sa sœur. De plus, son foie ne fonctionnait déjà plus. Elle puisait tout l’oxygène de sa sœur. Si nous n’avions pas agi rapidement, les deux y auraient laissé la vie. Cléanne souffrait. Quoi qu’il en soit, Cléanne aura toujours avec elle une partie de sa sœur, dont la peau, au niveau du thorax.

Qu’en est-il de l’état de santé de Cléanne ?
Par la grâce de Dieu, son état est stable, elle est hors de danger. Cela prendra quelques semaines encore avant qu’elle ne se rétablisse. Mais il faudra faire un suivi régulier pour ce qui est du cœur et du foie.

Votre établissement est considéré comme l’un des meilleurs hôpitaux de Bangalore, voire de l’Inde ? À quoi est due cette réputation ?
L’hôpital a été fondé en 2000. Nous avons une trentaine de branches en Inde, soit un total de 7 000 lits. Rien qu’en 2018, nous avons procédé à 17 000 opérations du cœur. Notre secret, c’est la rigueur et une approche humaine. Tout cela à des prix abordables. L’opération de Cléa et de Cléanne, par exemple, cela a coûté un million de roupies indiennes, mais une telle opération serait revenue à bien plus cher ailleurs.

Vous avez beaucoup de patients Mauriciens et étrangers ?
Oui, des Africains, des Asiatiques. Nous avons vu défiler beaucoup de patients mauriciens, Plus de 1 000, je dirais, je n’ai pas le chiffre exact. Parmi, beaucoup d’enfants, qui ont des problèmes au cœur.

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires