Alliance Lepep: ces ministres qui ont dit non…

Avec le soutien de
Le premier Conseil des ministres, après les législatives de 2014, a été constitué le 17 décembre. L’ancien président de la République, Kailash Purryag, était toujours en poste.

Le premier Conseil des ministres, après les législatives de 2014, a été constitué le 17 décembre. L’ancien président de la République, Kailash Purryag, était toujours en poste.

Vishnu Lutchmeenaraidoo est le dixième membre du gouvernement Lepep à avoir renoncé à son maroquin ministériel. Si pendant ces quatre dernières années, certains l’ont fait par choix, d’autres ont été contraints à la démission. Retour en images.

Le 26 juin 2015, le leader du Mouvement socialiste militant, Pravind Jugnauth, est le premier à «step down» comme ministre des TIC. Cela, après qu’il a été trouvé coupable par la cour intermédiaire, dans le sillage de l’affaire MedPoint. L’annonce est faite lors d’une conférence de presse au Sun Trust.
L’affaire «Bal Kouler» contraint l’ex-ministre de l’Environnement, Raj Dayal, à prendre la porte de sortie, le 23 mars 2016. Les directives viennent de l’ancien Premier ministre, sir Anerood Jugnauth (SAJ). L’ancien ministre le confirme lors d’une brève rencontre avec la presse.
Pravind Jugnauth est blanchi par la Cour suprême en mai 2016. Il réintègre le Conseil des ministres le 26 mai 2016.
Après la cérémonie de prestation de serment à la State House, cette photo est prise avec les membres du gouvernement.
Une épine nommée «Prosecution Commission Bill». C’est pour démontrer leur opposition à ce projet de loi que les membres du Parti mauricien social-démocrate (PMSD), dont trois ministres, quittent le gouvernement, le 19 décembre 2016. L’ancien Premier ministre adjoint, Xavier-Luc Duval, fait ici ses cartons. Il est suivi d’Aurore Perraud et Dan Baboo.
Alain Wong, lui, choisit de rester au sein du gouvernement et adhère très vite au parti soleil.
Le 21 janvier 2017, SAJ passe le flambeau à son fils, qui prête serment deux jours plus tard. Le même jour, Stephan Toussaint, Eddy Boissézon et Mahen Jhugroo deviennent ministres.
Roshi Bhadain, ancien ministre des Services financiers, quitte le MSM, le même jour que le nouveau PM prête serment, soit le 23 janvier 2017. (Il démissionnera par la suite comme député provoquant une partielle au no 18).
Sudhir Sesungkur est désigné comme le successeur de Roshi Bhadain. Il prête serment le 25 janvier et figure sur la photo officielle prise le même jour.
Impliqué dans l’affaire Bet365, révélée par «l’express», le PM demande à l’Attorney General, Ravi Yerrigadoo, de «step down», le 13 septembre 2017. Il est remplacé par Maneesh Gobin.
Après avoir menacé de mort le leader de l’opposition en public, Showkutally Soodhun, est, en novembre 2017, éclaboussé dans une autre affaire que révèle «l’express». Il est accusé d’avoir tenu des propos à relent communal. Le 10 novembre 2017, le PM lui demande de «step down».
Le vendredi 27 juillet 2018, Roubina Jadoo-Jaunbocus démissionne en tant que ministre. Cela, après qu’elle a choisi de contester les conclusions du rapport Lam Shang Leen sur la drogue.
Vishnu Lutchmeenaraidoo, chef de la diplomatie mauricienne a quitté le gouvernement, le 21 mars 2019.
Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires