Transactions douteuses: allégations de fraude contre un «pasteur»

Avec le soutien de
Lettre adressée au Registrar of Associations, à l’Independent Commission Against Corruption (ICAC) et à la Financial Intelligence Unit (FIU).

Lettre adressée au Registrar of Associations, à l’Independent Commission Against Corruption (ICAC) et à la Financial Intelligence Unit (FIU).

Une lettre de dénonciation. C’est ce qu’ont rédigé des membres d’une église chrétienne du centre de l’île à l’encontre de leur «pasteur». Lettre adressée au Registrar of Associations, à l’Independent Commission Against Corruption (ICAC) et à la Financial Intelligence Unit (FIU). Les dénonciations se portent sur l’utilisation de fonds reçus par l’organisation. Une possibilité de fraude est évoquée.

Les membres de cette église ont attiré l’attention des autorités sur des transactions douteuses. Parmi elles, une somme totale de Rs 5 millions reçues comme don durant l’année 2018. Ce qui intrigue les membres de l’église c’est que la congrégation n’est composée que d’une centaine de personnes, incluant les enfants et les personnes âgées. «La majorité des membres est issue de la classe moyenne à faibles revenus. Cela voudrait dire que les membres de l’église contribuent jusqu’à plus de Rs 400 000 par mois. Ce qui est complètement surréaliste», soutiennent-ils dans la lettre. Leur anonymat est préservé par peur de représailles. Ils sont allés encore plus loin. «Nous avons comparé les revenus de l’église avec ceux d’une autre église dans la même région dont l’assistance est composée de 175 personnes à peu près. Cette église reçoit des dons de Rs 600 000 par an», poursuivent-ils.

L’autre projet, qui sus- cite l’interrogation des dénonciateurs, c’est l’achat d’un terrain luxueux, pieds dans l’eau, dans le sud de l’île. «Est-ce normal pour une organisation religieuse de posséder un terrain pieds dans l’eau, mais de ne pas avoir de bâtiment propre à elle pour la conduite du culte et des prières ?», se demandent-ils.

En effet, les réunions de prière se déroulent dans une salle qui appartient à une fondation reliée à l’organisation religieuse. «Le terrain dans le Sud avait été acheté en 2009 à Rs 14 millions. Un prêt de Rs 10 millions avait été contracté pour cet achat», expliquent les membres de l’église. Selon eux, la valeur du terrain est passée à Rs 20 millions aujourd’hui. Qui plus est, «cela n’a pas de sens de dire que l’église sera construite dans le Sud puisque la majorité des membres habitent dans le centre.»

Un train de vie qui dérange

Il n’y a pas que les fonds de l’église qui attirent les soupçons des membres, mais aussi le train de vie du pasteur et de sa famille. Dans la lettre adressée au Registrar of Associations, à l’ICAC et à la FIU, les dénonciateurs déplorent la construction d’une demeure luxueuse dans le centre de l’île appartenant à la famille du responsable de l’église.

Une carte de crédit au nom de l’organisation ?

Les membres de cette église ont aussi eu vent de la présence d’une carte de crédit, qui serait utilisée pour financer des déjeuners et d’autres dépenses courantes. Officiellement, ni le Registrar, ni l’ICAC, ni la FIU ne veulent se prononcer sur cette lettre de dénonciation. «Nous n’avons pas le droit de divulguer les informations sur quelconque enquête en cours ou lettre de dénonciation reçue», affirme une source autorisée de l’ICAC. Même son de cloche au niveau de la FIU.

En revanche, les dénonciateurs, eux, affirment s’être tournés vers les autorités concernées à plusieurs reprises. «À nous, ils ont assuré que l’enquête prendrait du temps puisque le sujet est sensible.»

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires