Place de l’Immigration: la grogne des marchands s’amplifie

Avec le soutien de
La superficie des  étals a été réduite.

La superficie des  étals a été réduite.

Pas de  parking, superficie des étals réduite, présence de drogués… Les marchands opérant à la place de l’Immigration, dans la capitale, expriment leur ras-lebol. Ils sont surtout remontés contre les dernières décisions prises par le lord-maire, Daniel Laurent, concernant leur délocalisation de la rue Decaen.

«Nous avons appris que trois marchands ont apposé leur signature sur un document produit par le lord-maire pour la réinstallation des marchands de Decaen. Mais nous doutons que ces personnes appartiennent à notre groupe», déclare Mamou, qui se fait le porte-parole des marchands de l’Immigration. Il soutient que ce n’est qu’en fin de semaine qu’ils ont été informés de cette décision.

Ce qui les dérange le plus, c’est qu’ils n’ont pas eu la moindre discussion avec le lord-maire. «On a l’impression qu’il a peur de venir nous parler.» Pourtant, ils ne peuvent plus se garer à leur emplacement habituel depuis quelques jours déjà. «La mairie a décidé de construire des étals pour les marchands de Decaen. Nous n’avons aucun souci contre leur présence mais il ne faut pas que leur arrivée vienne chambouler notre quotidien. Déjà que nous avons appris que nos étals vont être réduits de 1 m 50 à 1 m 20. Et surtout que nous n’avons plus de parking. Comment allons-nous transporter nos marchandises ?»

Les marchands avancent aussi qu’ils doivent au quotidien lutter contre la présence de toxicomanes. «Il faut voir la quantité de fioles contenant de la méthadone qui se trouvent sur les lieux tous les jours.» Leur revendication : un endroit pour embarquer et débarquer leurs produits, aussi, il ne faut pas les déloger de leurs emplacements actuels, et que leurs étals restent tels quels.

Ces revendications, le lord-maire Daniel Laurent les balaie d’un revers de main. «Ces marchands n’ont pas de parking depuis qu’ils travaillent à cet emplacement. Mais nous allons construire un lay-by pour que tous les marchands puissent embarquer et débarquer leurs marchandises. De toutes les manières, ils ne seront que temporairement sur ces lieux. Idem pour le souci avec les étals, jusqu’à ce que l’Urban Immigration Terminal soit complété. Je pense que d’ici l’année prochaine, ces marchands seront logés dans leurs nouveaux emplacements.»

Par ailleurs, le lord-maire soutient qu’une voie de dégagement est en construction à la gare routière pour que les autobus l’empruntent afin de libérer de la place pour l’installation des marchands.

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires