Dengue: Vallée-des-Prêtres tremble

Avec le soutien de
Yogen Bagoua, Nazila Delbar et Kadress Nullatamby, tous des habitants de Vallée-des-Prêtres, ne comprennent pas pourquoi autant de cas ont été recensés dans la région.

Yogen Bagoua, Nazila Delbar et Kadress Nullatamby, tous des habitants de Vallée-des-Prêtres, ne comprennent pas pourquoi autant de cas ont été recensés dans la région.

Le nombre de cas augmente au fil des jours. Si au début du mois, cinq personnes, dont quatre Indiens, avaient contracté la maladie, à hier, mercredi 13 mars, le ministère de la Santé avait recensé 24 cas de fièvre dengue. Principalement dans la région de Vallée-des  Prêtres, où 19 personnes ont été atteintes. Dans cette région, certains disent craindre le pire, d’autres, en revanche, saluent la réaction positive des autorités. 

Fêter ses 15 ans à l’hôpital. Zackria, qui habite Vallée-des Prêtres, n’aurait jamais imaginé que cela puisse lui arriver, et pourtant. Sa mère, Nazila Delbar, raconte qu’il était fiévreux depuis vendredi. Dans un premier temps, elle lui donne quelques comprimés et il semble aller mieux. Or samedi, l’adolescent a de nouveau la fièvre. Elle décide alors de l’emmener dans une clinique de la capitale. «On lui a donné un sérum et sa fièvre est tombée.»

Sauf que plus tard dans la soirée, l’adolescent se sent mal de nouveau. «Nous sommes allés à l’hôpital dimanche matin. On lui a administré un produit et sa fièvre a chuté. On lui a aussi fait une prise de sang. Et je l’ai ramené à la maison.» Le lendemain, une fois les résultats de la prise de sang obtenus, les responsables de l’hôpital l’informent qu’il faut admettre l’adolescent.

Zackria se porte bien, dit sa mère. Elle regrette toutefois qu’il n’ait pu célébrer son anniversaire avec les siens, le 12 mars. «On fera la fête après.» Néanmoins, Nazila Delbar se demande toujours comment son fils a pu contracter la fièvre dengue. «Je pense que c’est quand il est allé jouer vendredi sur le terrain de foot.»

Un peu plus loin, Kadress Nullatamby, 60 ans, affirme que les gens doivent prendre leurs responsabilités. Il avance que c’est la première fois qu’il entend parler de la fièvre dengue, surtout dans sa région. «Les officiers du ministère de la Santé ont fait du porte-à-porte et ont parlé des problèmes liés à cette maladie. Il faut que chacun prenne ses responsabilités et s’engage à nettoyer sa cour.»

Les enfants et les personnes âgées sont les plus à risque, renchérit Yogen Bagoua. «J’ai peur pour mes enfants. Cette maladie fait peur.» Le déploiement des autorités dans la région l’a quelque peu rassuré. «Que ce soit ceux du ministère de la Santé, de l’Environnement et même ceux de la mairie, les officiers sont à pied d’oeuvre depuis vendredi. Et même ce matin (NdlR, mercredi), ils étaient sur le terrain, à nettoyer et asperger la région de produits anti-moustiques.»

La région de Vallée-des-Prêtres sera sous surveillance pendant deux mois, explique le Dr Vasantroa Gajadhur, directeur des Health Services et responsable de la Communicable Disease Control Unit. Idem pour les autres endroits où des cas ont été recensés, comme Coromandel, Quatre-Bornes ou encore Richelieu, précise-t-il.

Dans la foulée, il lance un appel pour sensibiliser les Mauriciens. «Il faut que chacun prenne ses responsabilités. Il faut garder les cours propres, ne pas conserver des récipients qui peuvent contenir de l’eau.» Entre-temps, le ministère de la Santé animera une causerie sur la fièvre dengue cet après-midi, à 17 heures, au dispensaire de Vallée-des-Prêtres.

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires