Mineurs arrêtés pour l’agression d’un Manager de Larsen & Toubro: des Bangladais taquins visés

Avec le soutien de
Les deux suspects racontent que le point de départ de l’affaire est que des ouvriers bangladais auraient taquiné la fille.

Les deux suspects racontent que le point de départ de l’affaire est que des ouvriers bangladais auraient taquiné la fille.

Pourquoi un manager de Larsen & Toubro a-t-il été attaqué ? Deux suspects, un garçon de 15 ans et une fille de 16 ans, nous ont raconté lundi 11 mars, en présence d’un proche, ce qui s’est passé. D’emblée, ces adolescents, qui ont été arrêtés samedi puis libérés sur parole, nient avoir agressé le cadre mauricien de la société indienne en charge de la construction du Metro Express. Ils avancent que c’est un cousin de 20 ans, domicilié à Trèfles, Rose-Hill, qui a lancé les coups. Ils précisent que celui-ci s’est trompé de personne: c’étaient des ouvriers bangladais qui étaient visés.

«Je revenais de la boutique et rentrais chez mon copain quand trois ouvriers bangladais s’en sont pris à moi», déclare la jeune fille en relatant l’agression qui s’est produite vendredi à Pailles. «Ils n’arrêtaient pas de me taquiner. Quand je suis rentrée, j’ai tout de suite raconté à mon copain ce qui s’est passé et accompagnés de son cousin, nous nous sommes rendus près du chantier. Son cousin a pris une barre de fer pour faire peur aux Bangladais.»

«On n’avait pas vu son visage»

Sur place, poursuit-elle, les trois Bangladais leur ont lancé des pierres à leur arrivée, avant même qu’ils ne puissent leur demander une explication. «Cela a mis le cousin hors de lui.»

Au même moment, un homme est sorti du chantier. Les trois jeunes ont cru qu’il s’agissait d’un des Bangladais. «La personne était de dos, nous n’avions pas vu son visage. Le cousin de mon copain lui a assené un coup avec la barre de fer. C’est après qu’il a commencé à parler que nous avons compris que c’est en fait un Mauricien

Entre-temps, le manager de ce chantier de Larsen & Toubro a été transporté à l’hôpital Jeetoo avant d’être transféré à la clinique Wellkin. Il a pu expliquer à la police qu’il a été pris à partie par trois jeunes qui avaient des barres de fer dans leurs mains. Il a toutefois affirmé qu’un seul des jeunes lui a assené les coups.

Samedi, aux alentours de 18 h 30, les adolescents ont été interpellés au domicile de la mère du mineur, à Camp Chapelon. Lors d’une fouille à leur domicile, une barre de fer, qui aurait été utilisée pour l’agression, a été saisie. Les deux adolescents attendent l’arrestation du présumé agresseur, qui est recherché par la police, pour leur comparution en cour.

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires