Public Speaking: à 25 ans, il apprend l’éloquence aux hommes de loi… et pas que

Avec le soutien de
Pas étonnant que Shaun Payen se soit lancé dans des études de droit.

Pas étonnant que Shaun Payen se soit lancé dans des études de droit.

Parmi ses élèves : des membres du barreau, Miss Mauritius, des réceptionnistes d’établissements hôteliers… et même Tania Diolle. Shaun Payen n’est pas un avocat comme les autres. À 25 ans, celui qui a prêté serment le 25 janvier est un as de l’éloquence. Un art qu’il veut transmettre au plus grand nombre.

Parler en public, il adore ça. Pas étonnant que Shaun Payen se soit lancé dans des études de droit. Le jeune homme souhaite mettre sa voix au service de ceux qui en ont besoin ; pas seulement d’éventuels clients mais aussi ceux qui veulent mieux s’exprimer en public.

C’est dans cette optique qu’il s’est rendu en Ukraine, le 24 février, pour donner une formation en public speaking. Outre ce pays, le fils unique du chef Alan Payen se rendra en Turquie, à la Belgique et au Royaume-Uni en marge de ses cours. «Je reviendrai à Maurice pour partager mon expérience.»

Au cours des dix dernières années, l’ancien «pupil» à l’étude Glover a raflé plusieurs prix. Ses premiers pas dans le public speaking remontent à cette époque, dit Shaun Payen. «Mes parents m’avaient demandé de présenter un discours à l’occasion d’un événement familial. J’étais dans ma chambre lorsqu’ils sont venus me chercher, ils m’ont pris par les bras et les pieds pour m’emmener dans la voiture !»

Cet épisode le pousse à prendre des cours. Et sa motivation sera marquée par une belle réussite. En témoignent ses 30 awards, dont 18 comme Best Evaluator et comme distinguished toastmaster. «Je suis l’un des deux Mauriciens à avoir décroché la récompense de Best Evaluator. J’ai même représenté Maurice en 2011, au Royaume-Uni, où on m’a décerné le prix du meilleur  Public speaker.»

À son tour, il veut partager ses connaissances avec le plus grand nombre. Shaun Payen explique qu’il sollicite même l’avis d’un psychologue pour l’aider à préparer ses élèves à vaincre leur peur de parler en public. Et comment envisage-t-il d’aider les avocats à plaider devant un juge, un panel de jury ou un magistrat ? «Le plus important, c’est que l’avocat prépare bien son dossier, ce qui augmentera son niveau de confiance et il pourra parfaitement plaider sans aucune crainte», avance le Quatrebornais.

A-t-il des projets d’avenir ? «Je veux devenir un World Elite Speaker, affirme Shaun Payen. Cela me prendra trois ans et les formations que je donne m’aideront dans cet objectif.»

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires