Allégations: deux enfants victimes d’une tentative d’enlèvement

Avec le soutien de
Dans les deux cas, les présumés kidnappeurs sont d’âge mûr.

Dans les deux cas, les présumés kidnappeurs sont d’âge mûr.

Elle a deux ans et demi. Lui, sept ans. Ces deux enfants auraient été victimes d’une tentative d’enlèvement à quelques jours d’intervalle. Dans les deux cas, les présumés kidnappeurs sont d’âge mûr.

Le dernier cas remonte à mardi après-midi, vers 17 h 30, à Plaine-Magnien. Le garçonnet, qui est en Grade 3, était à vélo devant son domicile, quand un habitant du coin l’a appelé. Comme il connaissait l’homme âgé d’une quarantaine d’années, le petit est parti à sa rencontre sans se méfier. Le quadragénaire lui a demandé de le suivre jusqu’à une maison abandonnée sise non loin de la demeure de l’enfant.

Le quadragénaire n’aura pas le temps de faire du mal au petit. Au même moment, deux habitants de la localité passent par là par hasard et les surprennent. Ils vont vite fait chercher le garçonnet pour le ramener à ses parents.

Ces derniers étaient choqués, n’ayant pas remarqué son absence. Ils ont alerté la police de Souillac ainsi que la Child Development Unit de Souillac. Ils avancent ignorer jusqu’ici les intentions du quadragénaire. L’enfant n’a pas été blessé ni subi de traumatisme. Une enquête a été ouverte et le quadragénaire est actuellement recherché par la police de Plaine-Magnien.

Le second cas remonte à la semaine dernière. Au dire d’une jeune mère de 21 ans, un vieil homme aurait tenté d’enlever sa fille de deux ans et demi dans un supermarché à Vacoas. «Ma mère devait déposer ma fille à l’école. Elles sont descendues de l’autobus près d’un supermarché. Ma mère en a profité pour faire des courses», raconte l’habitante de Henrietta.

Au supermarché, alors qu’elle faisait le tour des rayons, la grand-mère de la fillette aurait remarqué qu’un homme âgé les suivait. «À un moment, il s’est arrêté près de ma fille et lui a caressé les cheveux en disant qu’elle était jolie», poursuit la jeune femme de 21 ans.

C’est à la caisse que la situation aurait pris une tournure inattendue. La grand-mère ayant le dos tourné, l’homme en aurait profité pour appeler l’enfant. «À un moment, elle s’est mise à crier. L’homme essayait de la prendre dans ses bras et de l’emmener vers la porte de sortie.»

Alertée par les cris de la petite, la grand-mère aurait commencé à hurler. Ce qui a attiré l’attention des employés du supermarché, dont des vigiles. «Ils ont questionné l’homme. Il leur a répondu qu’il pensait que l’enfant s’était perdue et qu’il voulait l’aider.»

Affolée en apprenant ce qui s’était passé, la jeune mère dit s’être rendue le lendemain au poste de police de Vacoas pour signaler le cas. Elle allègue que les officiers auraient refusé de prendre sa déposition. «Les policiers m’ont dit que ce n’était pas grave.» Ce qui l’aurait mise hors d’elle. «Qu’est-ce qui aurait été grave, que le pervers s’enfuit avec ma fille ?»

La jeune femme de 21 ans indique aussi avoir fait une demande auprès de la direction du supermarché pour obtenir les images des caméras de surveillance. Elle aurait essuyé un refus. Une semaine après l’incident, la mère de famille déplore l’inaction de la police. D’autres enfants, insiste-t-elle, pourraient être victimes de ce pervers. Quant à sa fille, elle ne semble pas vraiment comprendre ce qui s’est passé. «Un monsieur m’a fait mal en me tirant par la main», dit-elle simplement.

Sollicitée, la police affirme ne pas être au courant de ce cas et demande à la jeune femme de se manifester. Toujours est-il qu’une équipe de la Criminal Investigation Division de Vacoas se rendra au supermarché en question pour vérifier les images des caméras de surveillance.

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés