Serenity: les Mauriciens invisibles

Avec le soutien de
Serenity est le nom du bateau de Baker Dill (Mathew MacConaughey).

Serenity est le nom du bateau de Baker Dill (Mathew MacConaughey).

Si les paysages de Maurice sont bien présents dans Serenity, le film de Steven Knight, sorti en salles mercredi, par contre les petits rôles tenus par des Mauriciens ont été coupés au montage.

Accordéon local pour la bande originale

Il fallait une musique «couleur locale» pour Plymouth, le lieu où se déroule l’action du film. La bande originale de Serenity comprend deux morceaux du trio mauricien Jocelyn Cartier (accordéon), Noel Malabar (violon) et Lindsay Atisse (guitare).

AfrAsia, l’un des principaux bailleurs de fonds

Mercredi soir, AfrAsia Bank avait convié ses clients et invités à une projection de Serenity. Lors de son discours de circonstance, Andreas Habermeyer, producteur de la société Identical Pictures a rappelé que le budget du film de Steven Knight avoisine les 25 millions de dollars (environ Rs 854 millions). Sur son site officiel, la banque indique qu’elle a déboursé 7 millions de dollars (environ Rs 239 millions), sur six mois, pour financer les frais de tournage du film à Maurice, Serenity ayant bénéficié du Film Rebate Scheme. Le film a été tourné chez nous entre la mi-juillet et fin août 2017.

Tempête à bord

D’où vient le titre du film ? Serenity est le nom du bateau de Baker Dill (Mathew MacConaughey). C’est un ancien soldat américain reconverti en plaisancier qui emmène des clients à la pêche au gros. Son second, celui à qui il demande de «l’éloigner de la tentation» est joué par Djimon Hounsou (vu dans Gladiator, Amistad, Blood Diamonds etc). Le capitaine du Serenity a une obsession : attraper un thon géant qui n’arrête pas de lui échapper. Mais cette créature est-elle réelle ou n’existe-t-elle que dans l’imaginaire de Baker Dill, qui lui-même n’existe que dans l’imaginaire de son fils ?

Zéro acteurs locaux à l’écran

Pas d’acteurs mauriciens dans Serenity. Pourtant, ils sont quelques-uns à y avoir décroché des petits rôles. Comme Guillaume Silavant, que l’on aperçoit dans le making of du film, diffusé lors de l’avant-première organisée par AfrAsia, mercredi. Mais ses scènes dans le film, ont été coupées au montage. Tout comme celles d’Edeen Bhugeloo, alors que son nom figure dans le générique de fin du film, comme celui qui joue «Mike». Son nom est cité en ligne, tout comme celui de Vinaya Sungkur, alors qu’elle non plus n’apparaît pas dans le film. Un gamin qui court dans la rue, dans l’une des scènes du film est plus visible que ces talents locaux.

Ils sont éclipsés par Matthew McConaughey, qui est dans quasiment tous les plans, de face mouillé de sueur ou de pluie ou de dos, nu. Quant au jeune Rafael Sayegh, d’origine française, né en Uruguay et installé à Maurice avec ses parents, sa prestation consiste la plupart du temps à taper sur un clavier d’ordinateur.

Abondance de paysages locaux

L’intrigue de Serenity se déroule dans un lieu fictif: Plymouth. Clin d’œil à la capitale de l’île de Montserrat, dans les Caraïbes, abandonnée après des éruptions du volcan de la Soufrière. Cette ambiance caribéenne est servie par la jetée de Trou-aux-Biches. Nos eaux turquoise sont très présentes, dans le film. On y voit Tamarin, avec son embouchure et sa Tourelle. On reconnaît aussi Albion, avec son phare et ses falaises d’où saute, Baker Dill, le personnage de Matthew McConaughey pour… prendre une douche. L’église au toit rouge, Notre-Dame Auxiliatrice de Cap-Malheureux est aussi dans le cadre, tout comme le Coin-de-Mire. L’îlot est même en peinture, accroché dans la chambre du personnage de Diane Lane, qui avance des billets à Baker Dill, après quelques minutes de plaisir. Et des dialogues appuyés sur son chat noir qui est perdu. (Dans le making of de six minutes projeté lors de l’avant-première, mercredi, l’actrice Anne Hathaway, en donnant ses impressions de Maurice note «there are a lot of dogs here»). Plymouth c’est aussi un chemin bordé de champs de cannes que le personnage principal traverse tous les matins pour aller à la pêche. Au carrefour passe un véhicule de Triolet Bus Service, à bord duquel celui qui personnifie les règles du jeu a pris place. Dans le film, on aperçoit également un tricycle avec «mine boulette» tracé en blanc sur fond rouge. Sans oublier les gros plans sur une marque de bière locale (les cannettes vides au début du film, le voyant lumineux dans le bar).

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires