Sexagénaire agressé à Pailles: le suspect maintenu en cellule

Avec le soutien de
Le suspect a comparu en cour de district de Port-Louis ce mercredi 27 février.

Le suspect a comparu en cour de district de Port-Louis ce mercredi 27 février.

Il a comparu en cour de district de Port-Louis ce mercredi 27 février. Mohammad Salman Neeamuth, âgé de 28 ans, qui est accusé d’avoir agressé Mauntah Mamode Raffick, a été reconduit en cellule après que la police a objecté à sa remise en liberté conditionnelle. Sa prochaine comparution est prévue au 6 mars. 

Lors de son interrogatoire par la Criminal Investigation Division (CID) de Port-Louis Sud, le suspect, un habitant de Pailles, a avoué avoir donné un coup de poing à la victime qui habite la même région. L’enquête est placée sous la supervision du surintendant de police Gérard.

Pour rappel, la fille de Mauntah Mamode Raffick, âgée de 29 ans, se trouvait au volant de sa voiture lorsqu’elle a percuté un motocycliste de 52 ans. Ce dernier s’est montré verbalement violent envers la jeune femme lorsque la collision a eu lieu et a même fait appel à son fils. La conductrice a, à son tour, appelé son père qui habite non loin des lieux. Les choses ont vite dégénéré.

Le fils du motocycliste a alors donné un coup de poing au sexagénaire. Le SAMU est arrivé peu après mais la victime, qui souffrait déjà de problèmes de santé, n’a pas survécu. Le rapport de l’autopsie a révélé que Mauntah Mamode Raffick est mort d’une insuffisance cardiaque.

Publicité
Publicité
Soutenez lexpress.mu

Pendant cette période de confinement, profitez de l’express, Business Mag, Weekly, 5-Plus Dimanche, de tous vos magazines préférés et de plus de 50 titres de la presse Française, Afrique et Ocean indien sur KIOSK.LASENTINELLE.MU.

Bonne lecture,

Protégez vous, restez chez vous !

Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
Suivez le meilleur de
l'actualité à l'île Maurice

Inscrivez-vous à la newsletter pour le meilleur de l'info

OK
Pour prévenir tout abus, nous exigeons que vous confirmiez votre abonnement

Plus tardNe plus afficher

x