Nouveau concept: un Mardi de folie

Avec le soutien de
De g. à dr., le chef Nicholas Duprat, fondateur de l’entreprise Traiteur à domicile, Romi Poonoosamy, directeur de Santral Art Ltd et Olivier Chutel, gérant de Bozâr Café.

  De g. à dr., le chef Nicholas Duprat, fondateur de l’entreprise Traiteur à domicile, Romi Poonoosamy, directeur de Santral Art Ltd et Olivier Chutel, gérant de Bozâr Café.  

Après les soirées karaoké, jeux ou encore dédiées à la musique live, voici le Mardi Taré. Un nouveau concept formulé par trois dingos, qui n’ont pas froid aux yeux. Bienvenue dans le monde des tarés.

Romi Poonoosamy, directeur de Santral Art Ltd, Olivier Chutel, gérant de Bôzar Café et le chef Nicholas Duprat, fondateur de l’entreprise Traiteur à domicile, vous invitent à découvrir leur nouveau concept hebdomadaire : le Mardi Taré. Le lancement du concept est le mardi 5 mars au Bôzar Café qui se trouve dans l’enceinte de l’Institut français de Maurice (IFM) à Rose-Hill. Au programme du MardiTaré, un menu explosif dans un cadre sympa, où les moins réservés pourront exprimer leurs délires sur des scènes ouvertes et où vous aurez droit à un spectacle live délirant. Les soirées Mardi Taré auront lieu entre 18h30 et 22h30 chaque semaine.

«J’ai pris la gestion du café à l’Institut français de Maurice il y a un an. Et j’ai constaté que ceux qui sont des habitués de l’IFM le connaissent mais pas le grand public. Il fallait trouver un nouveau concept pour mieux faire connaître le lieu», explique Olivier Chutel. Ce dernier en parle à Romi Poonoosamy, qui a trouvé en cet espace un lieu idéal pour s’installer. «Comme les autres jours de la semaine étaient pris par diverses activités, il ne restait que les lundis et les mardis pour proposer un nouveau concept», laisse entendre Romi Poonoosamy. Mais comme il le dit si bien «Lindi angourdi – mardi degourdi – Mardi Taré». C'est ainsi que les contours du projet prennent forme. Pourquoi «taré» ? Il fallait une bonne dose de folie aux concepteurs de ce projet. Ils se sont marrés comme des fous en le mettant au point. Ils comptent bien vous communiquer leur folie.

S’il existe aujourd’hui plusieurs soirées musicales, Mardi Taré veut se différencier des autres. Les organisateurs proposent d’abord une scène ouverte où ceux qui pensent avoir un talent artistique et qui veulent faire une démonstration publique sont les bienvenues. «La disposition des tables et chaises sera orientée vers la scène. Nous disposons d’une soixantaine de places assises», explique Romi Poonoosamy. Après la scène ouverte, ceux présents auront droit à la prestation d’artistes confirmés. Pour faire la différence, Romi Poonoosamy compte faire découvrir au public les autres talents de ses invités. «Nous pouvons avoir un chanteur qui est également un slameur par exemple», explique-t-il. Toutes les disciplines artistiques sont les bienvenus.

Il manque l’élément essentiel pour faire de cette soirée un événement vraiment dingue : la bouffe. Et c’est là qu’intervient le troisième dingo : le chef Nicholas Duprat. Ce dernier a une longue expérience dans le domaine et s'est mis à son compte. L’esprit était de mettre en avant la culture mauricienne. «Romi, Olivier et moi, nous nous sommes penchés dessus pendant plusieurs semaines. Nous avons opté pour une fusion de saveurs », explique-t-il. Ainsi, ceux présents au Mardi Taré, mais uniquement durant cette soirée, auront droit à une variété de snacks et de boissons à l’intitulé et aux saveurs bien mauriciens. À l'arrivée, vous retrouverez sur votre table du gram bwi. «Nous proposerons des plateaux de tapas pour quatre intitulés Pla For For ou des plateaux pour deux nommés Pla Pou De comprenant huit variétés de tapas», explique Romi Poonoosamy.

Vous y découvrirez ainsi le Rasam, soit un rasson serti d’une écume de concombre et de menthe, servi avec un croûton. En bouche, vous distinguerez parfaitement les saveurs du rasson, puis place à l’Awi, soit une aumônière d’arouille qui flatte le palais, et au Nemposon. La surprise n’est pas terminée. Comment parler de spécialités typiques sans enn bon curry zak et de fruit à pain ? Pour ce faire, le chef, expert en saveurs, propose le Zaknat, soit du curry de jacques servi sur un blinis de fruit à pain. Ici, le curry, pas trop prononcé, vous laissera apprécier le goût du jacques. On poursuit la découverte avec du Gaz pa so fri. L’intitulé vous laisse perplexe ? Nous aussi, et la saveur à la fois sucrée et pimentée encore plus. «Il s’agit d’un gaspacho de pastèque », finit par dévoiler le chef Duprat.

S’ensuit le Ziromon, soit un gratin de giraumon, qui vous fera retrouver les saveurs de la cuisine de grand-mère, un Befget ou des morceaux de bœuf agrémentés de romarin et enfin pour conclure en beauté, le Patatipatata.

Là, c’est la cerise sur le gâteau, la surprise du chef. Ce dernier a fusionné le gato patate et le… curry de mouton. Décidément, il faut vraiment être taré pour faire ce mélange de saveurs. Et pour ceux qui ont encore de la place, il y a le Siset Poul ou Chicken lollipop et pour les végétariens, la mousseline de gram chevauchée de son cavieurre d’aubergine Beuneumm.

En matière de boissons, il y a le Ki- Goble. Pour un KiGoble, vous avez le choix entre un Zi tonel, qui est un jus de citronnelle, qui ne manquera pas de vous rappeler le Panakam traditionnel, ou encore les boissons alcoolisées KouYonad, soit un mélange de jus et de rhum ou encore de la sangria faite maison.

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires