Bienvenue à Marwen: un récit bouleversant

Avec le soutien de

Résumé, l’histoire de Mark Hogancamp, victime d’une amnésie totale après avoir été sauvagement agressé, et qui, en guise de thérapie, se lance dans la construction de la réplique d’un village belge durant la Seconde Guerre mondiale, mettant en scène les figurines des habitants en les identifiant à ses proches, ses agresseurs ou lui-même.

La note : 8/10

Robert Zemeckis, immense artisan de la pop culture contemporaine, est sans nul doute un des créateurs et expérimentateurs les plus originaux en activité. Et ce Bienvenue à Marwen le prouve encore une fois, car il y interroge les codes du cinéma, le rôle du narrateur et la manipulation du spectateur.

Son héros, enfermé dans un espace mental et physique aux airs de malédiction (comme l’île de Seul au monde notamment), devra embrasser ses démons et ses cicatrices pour les dépasser et transcender son existence. D’où une réflexion constante sur la création et les rapports étroits entre art, thérapie, et grâce. Car, et c’est toute la poésie de ce film, sous ses airs de fable positiviste, le récit orchestré par Zemeckis déploie une quantité de concepts et de nuances qui bouleversent perpétuellement le spectateur.

Loin de se contenter d’opposer les rêves de jouets animés du personnage principal et sa réalité en apparence plus tourmentée, le réalisateur se plaît à brouiller les pistes. En collant les yeux et les bouches de ses authentiques comédiens sur leurs avatars de plastique, en proposant une délivrance judiciaire grandeur nature, ou avec une délicatesse infinie, en animant un petit soldat par la seule force des tremblements inquiets de Steve Carell, il rappelle constamment que son cinéma s’est toujours interrogé sur les possibilités narratives offertes par la technologie.

Victime de la violence d’une bande de néonazis, le héros fracturé, associe la masculinité à une forme de pollution toxique, un fascisme qui le pousse naturellement à s’approcher et à s’identifier aux femmes. Avec une certaine audace et un humanisme désarmant, Robert Zemeckis met frontalement en scène les conséquences du quotidien meurtri de Mark, de son fétichisme d’héroïnes féminines qu’il fantasme le sauvant encore et toujours, en passant pour sa fascination, curieuse, troublante et passionnante, pour les chaussures à talons.

Multiple dans ses thèmes, ce film l’est également dans l’écriture de ses personnages, qui ne tombent jamais dans le cliché. Cette complexité se retrouve aussi dans la maîtrise technique de l’ensemble, dont la moindre séquence regorge de petites et grandes trouvailles en matière de découpage, jusque dans le choix de ne pas coller à l’histoire vraie (ou au documentaire) qui servent ici de matière première. Bienvenue à Marwen vibre de vie, grâce à ses mélanges de techniques audacieux et ses choix narratifs qui nous interdisent de lui trouver une case où le ranger sagement. C’est de cette matière que sont faits les grands films de Robert Zemeckis. À voir pour les amateurs de beaux drames.

Source : Internet
 
 

Fiche technique

Titre original : Welcome to Marwen
Genre : Drame
Durée : 1 h 56
De : Robert Zemeckis,
Avec : Steve Carell, Leslie Mann, Diane Kruger, Merritt Wever, Janelle Monáe, Eiza González, Gwendoline Christie, Leslie Zemeckis, Siobhan Williams, Neil Jackson
Salles : Star Caudan, La Croisette, Bagatelle




Nicky Larson et le parfum de Cupidon

 
 

L’histoire en une ligne : Nicky Larson, garde du corps et détective privé hors-pair, est appelé à récupérer le parfum de Cupidon, un parfum qui rendrait irrésistible celui qui l’utilise…
Genre : action, aventure, comedie
Durée : 1 h 31
De : Phillipe Lacheau
Avec : Philippe Lacheau, Élodie Fontan, Tarek Bourdali, Julien Arruti, Didier Bourdon, Kamel Guenfoud
Salles : MCine Trianon, Flacq

Bumblebee

 
 

L’histoire en une ligne : En fuite, l’Autobot Bumblebee trouve refuge en 1987 dans une petite ville balnéaire de Californie où Charlie, une ado de 18 ans va l’aider à retrouver sa voie…
Genre : Science-fiction, aventures, action
Durée : 1 h 54
De : Travis Knight
Avec : John Cena, Hailee Steinfeld, Jorge Lendeborg Jr
Salles : Star La Croisette, Bagatelle

Creed II

 
 

L’histoire en une ligne : Adonis Creed doit faire face à ses démons lorsque Viktor Drago, fils du boxeur qui a tué son père sur le ring, le défi pour le titre de Champion du monde…
Genre : Drame
Durée : 2 h 10
De : Steven Caple Jr.
Avec : Michael B. Jordan, Sylvester Stallone, Tessa Thompson, Wood Harris, Phylicia Rashad, Dolph Lundgren
Salles : Star Bagatelle, La Croisette

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires