Palmar Limitée fermée: des travailleurs manifestent

Avec le soutien de

Une centaine d’employés se sont rendus sur leur ancien lieu de travail à Mon-Loisir, ce vendredi 22 février matin.

Une centaine d’employés se sont rendus sur leur ancien lieu de travail à Mon-Loisir, ce vendredi 22 février matin.

«25 ans que je travaille dans cette usine, aujourd’hui, on vient et la porte est fermée, personne ne nous a parlé, nous ne savons même pas si nous toucherons notre paye», s’indigne Juliette Sophie. Le liquidateur de Palmar Limitée leur a demandé de ne pas venir au travail ce vendredi 22 février. Mais une centaine d’employés se sont tout de même réunis, sur la route Royale à Mon-Loisir, dès 8 h 30. Ils veulent bloquer le chemin pour faire entendre leur voix.

La police est présente également. La porte de l’usine est cadenassée. Selon certains, la direction a même mis de gros chiens dans la cour.

Une centaine d’employés se sont rendus sur leur ancien lieu de travail à Mon-Loisir, ce vendredi 22 février matin.

Hier les employés ont travaillé normalement. La direction avait fait comprendre qu’elle allait fermer en mars. Ce n’est qu’en lisant la presse qu’ils ont appris que la compagnie fermerait ses portes à partir d’aujourd’hui.

Les Receiver-Managers ont en effet émis un communiqué, hier à 18 heures, pour annoncer la fermeture de l’usine et demander aux travailleurs de ne pas s’y rendre.

Une centaine d’employés se sont rendus sur leur ancien lieu de travail à Mon-Loisir, ce vendredi 22 février matin.

Le constat des Receiver-Managers Yacoob Ramtoola et Afsar Ebrahim est sans appel. Palmar Ltée, après des décennies d’existence au cours desquelles l’usine a beaucoup contribué à l’activité économique du pays, ne peut échapper à la fermeture définitive. La conjoncture est mauvaise, les prix obtenus sur les marchés d’exportation sont insuffisants par rapport à ce que cela coûte de plus en plus pour produire, la roupie est trop forte, la productivité insuffisante.

Rs 30 millions de chiffre d’affaires

Une centaine d’employés se sont rendus sur leur ancien lieu de travail à Mon-Loisir, ce vendredi 22 février matin.

Au niveau de l’activité, Palmar Ltée en était réduite à quelque Rs 30 millions de chiffre d’affaires par mois, alors qu’il lui fallait au moins Rs 50 millions pour s’en sortir. Au niveau du bilan, les pertes qui se sont accumulées, malgré un léger mieux fin 2018, ont dévasté les fonds propres où l’actionnaire principal, Thierry Lagesse, a pourtant injecté Rs 500 millions selon Afsar Ebrahim. 

Une centaine d’employés se sont rendus sur leur ancien lieu de travail à Mon-Loisir, ce vendredi 22 février matin.

Ce dernier déclare : «C’est vraiment triste pour le pays. Malgré la bonne volonté de tous, à tous les niveaux, on ne peut pas trouver un modèle rentable going forward. C’est triste aussi pour les travailleurs, les créanciers non privilégiés et la banque.»

Une centaine d’employés se sont rendus sur leur ancien lieu de travail à Mon-Loisir, ce vendredi 22 février matin.

Selon nos informations, 1 300 travailleurs sont donc sur le pavé à partir de ce matin et le ministre du Travail, Soodesh Callichurn, se démène comme un beau diable pour redéployer un maximum des 900 ouvriers mauriciens formés, dont deux tiers sont des femmes. 

Dans le contexte actuel, la vente de l’usine paraît improbable, du moins pour le moment, ce qui met en sérieux doute les capacités de la MCB à récupérer les Rs 450 millions que Palmar Ltée lui doit. 

Une centaine d’employés se sont rendus sur leur ancien lieu de travail à Mon-Loisir, ce vendredi 22 février matin.

Les travailleurs ont été informés qu’ils ne doivent pas aller au bureau vu qu’ils n’ont plus de bureau maintenant.

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires