Banque centrale: un recrutement qui fait crier au conflit d’intérêts

Avec le soutien de
Alors que Yandraduth Googoolye et le Monetary Policy Council doivent présenter le Repo Rate, ce vendredi 22 février, la Banque de Maurice est secouée par des remous.

Alors que Yandraduth Googoolye et le Monetary Policy Council doivent présenter le Repo Rate, ce vendredi 22 février, la Banque de Maurice est secouée par des remous.

Après les derniers recrutements qui avaient provoqué des grincements de dents au sein de l’establishment de la Banque de Maurice (BoM), va-t-on assister à une autre situation qui mettrait au grand jour un cas flagrant de «conflit d’intérêts», voire de «népotisme», au sommet de la BoM Tower ? 

Il s’agirait de la nièce d’un haut dirigeant de la banque qui serait recrutée pour occuper le poste d’Assistant Director Corporate Affairs avec un package mensuel de plus de Rs 200 000. Le seul hic est que ce poste, dans son appellation, n’aurait pas fait l’objet d’un appel à candidatures. D’ailleurs, il ne figure pas, jusque-là, dans l’organigramme.

Il se trouve, selon nos informations, que l’interview aurait été menée par le biais de Skype vu que la postulante vit actuellement en Grande-Bretagne. Ce serait une première à la Banque centrale. On apprend aussi que les deux gouverneurs-adjoints auraient participé à l’entretien d'embauche de cette candidate qui doit théoriquement prendre son poste au début d’avril.

Interrogée, une source à la BoM nous a répliqué que l’appel à candidatures pour ce poste avait bel et bien été publié dans la presse. Elle a ajouté qu’à aucun moment, les deux Deputy Governors n’ont interviewé la candidate à travers Skype.

Éligibilité aux pensions des gouverneurs

Ce ne sont pas les seuls remous qui secouent la BoM. Il nous revient également que la pension à laquelle sont éligibles l’actuel gouverneur et ses deux adjoints ainsi que leur prédécesseur, Ramesh Basant Roi, relèverait d’une polémique, avec à la clé l’existence d’un conflit d’intérêts. La démarche consisterait à aligner la pension à laquelle ils avaient droit quand ils étaient au sein de l’establishment sur les derniers «packages» qu’ils percevaient ou perçoivent sur une base contractuelle comme les principaux dirigeants de la BoM.

Dans l’entourage de l’ancien gouverneur, l’on signale que cette affaire, qui remonte à très loin, avait été soulevée au sein du board dans un souci de transparence. On explique qu’il ne peut y avoir de conflit d’intérêts car le board n’a rien à voir avec la pension de l’exgouverneur de la BoM.

«Quand il avait été nommé en 1998, son contrat d’emploi incluait un paragraphe qui faisait état que sa pension allait être révisée à la hausse à chaque fois que son salaire serait réajusté. C’est une pratique qui existe dans la fonction publique», souligne-t-on dans les milieux proches de l’ex-gouverneur Basant Roi.


Aucun démenti après les derniers recrutements

Les remous provoqués par les derniers recrutements à la BoM, nommément Ajay K. Choudhary au poste de «Director of Banking Supervision» sur une base contractuelle et Mardayah Kona comme «Head of Legal Services», n’ont pas suscité de réactions au sein de l’équipe de direction de la BoM. Aucun démenti de la part de ses dirigeants, qui sont allés toutefois consigner une déposition à la police. Affaire à suivre.

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires