Organisations des JIOI 2023: «Les Comores ne sont pas prises au sérieux»

Avec le soutien de
Ibrahim Ben Ali a laissé planer le doute quant à la présence de la délégation comorienne lors des Jeux en juillet prochain

Ibrahim Ben Ali a laissé planer le doute quant à la présence de la délégation comorienne lors des Jeux en juillet prochain.

Le président du Comité olympique et sportif des Iles Comores (COSIC) n’était pas content, hier, à l’issue de la seconde journée de réunion du Conseil international des Jeux (CIJ). Ibrahim Ben Ali ne digère pas la façon dont les délégués ont réagi à la suite de la présentation du dossier comorien pour l’organisation de la 11e édition des JIOI en 2023. «Si je me base sur la manière de faire des membres du CIJ, je ne peux que penser que les Comores ne sont pas prises au sérieux. On est presque en train de nous dire: vous êtes de trop, partez !», s’agace Ibrahim Ben Ali. Et d’ajouter: «Je me demande si les membres pensent que les Comores doivent continuer à être un membre actif du CIJ.»

«Nous sommes venus pour présenter notre dossier de candidature avec des représentants de notre gouvernement. Ce qui est une démarche responsable. L’agenda de cette réunion n’a pas été respecté parce qu’une visite des sites de compétitions y figurait et elle n’a pas eu lieu. On a seulement visionné des vidéos. Le complexe de Côted’Or est grandiose mais il reste au stade de projet. À 150 jours des Jeux, il n’y a que 50 % des travaux qui ont été complétés. Et les sites déjà existants sont encore en phase de réhabilitation. Et c’est passé comme une lettre à la poste. Pourquoi estce que dans le cas de Maurice, les choses se passent ainsi et pas dans le cas des Comores ? Pour l’organisation des Jeux de 2023, la décision devait être prise lors de la présente réunion», fustige le président du COSIC.

Ibrahim Ben Ali va plus loin en laissant planer le doute quant à la présence de la délégation comorienne lors des Jeux en juillet prochain. «Nous allons évaluer la situation et voir comment on doit envisager la suite des événements. Nous ressentons beaucoup de déception. Nous verrons si nous pourrons être de la fête en juillet», lance-t-il.

Philippe Hao Thyn Voon, président du Comité olympique mauricien (COM), n’a pas apprécié le comportement de son homologue comorien. «En fait, lors de la précédente réunion du CIJ, vu qu’il n’y avait pas de candidat déclaré à l’organisation des Jeux de 2023, Mayotte a fait acte de candidature. En voyant cela, les Comores ont aussi présenté leur candidature, suivies des Maldives. Mais le délai avait déjà expiré», a ré- capitulé PHTV.

«Aujourd’hui (hier), Ibrahim Ben Ali a fait pression sur nous. Pour lui, il faut absolument que les Jeux aient lieu aux Comores en 2023. Au sujet des infrastructures, il n’a fait que parler du stade que le gouvernement chinois vient de construire (NdlR : le stade Omnisports de Malouzini) mais ne pipe mot sur la construction d’une piscine olympique et du Village des Jeux. Les Maldives ont alors proposé qu’une visite des sites soit organisée dans les deux îles candidates. Nous sommes passés au vote et quatre pays ont voté pour qu’il y ait une visite des sites alors que les Comores et Madagascar ont voté pour que l’organisation soit confiée aux Comores. Ibrahim Ben Ali a alors commencé à élever la voix et a même menacé de ne pas participer aux Jeux en juillet chez nous. Il ne veut même pas faire de parcours de la flamme! Il a créé une mauvaise ambiance dans la salle de réunion. Moi je lui ai dit en face qu’il était en train de faire du chantage», a déclaré le président du COM.

Ainsi, on ne sait toujours pas où se tiendront les JIOI de 2023.Ce dossier brûlant sera de nouveau mis sur la table des discussions lors de la prochaine réunion du CIJ qui se tiendra pendant les 10e Jeux en juillet prochain.

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires