Drogue à l’aéroport: le «profiling» se fait à l’oeil nu

Avec le soutien de
Un Vénézuélien a été intercepté à l’aéroport le jeudi 14 février. Il avait avalé 100 boulettes d’héroïne.

Un Vénézuélien a été intercepté à l’aéroport le jeudi 14 février. Il avait avalé 100 boulettes d’héroïne.

Un coup de filet réussi grâce au profiling. C’est ainsi que le Vénézuélien Jose Ying Lopez Torres, 35 ans, a été intercepté à l’aéroport de Plaisance, le jeudi 14 février. Il avait avalé cent boulettes d’’héroïne d’une valeur de Rs 15 millions. Cet exercice est mené par les limiers de l’Anti-Drug and Smuggling Unit (ADSU) avec l’aide des officiers de la douane. Et est qualifié de «très important».

Comment donc se fait ce profiling ? À l’oeil nu, dans la plupart des cas, expliquent des officiers. Et concrètement ? Tous les faits et gestes des passagers qui débarquent à Maurice sont passés à la loupe et examinés minutieusement, précisent-ils. «Nous misons beaucoup sur le body language», souligne l’un d’entre eux.

Certes, quelquefois, les limiers obtiennent des renseignements. «Mais lorsque nous n’en avons pas, nous devons travailler à notre façon.» L’officier de confier qu’ils sont plusieurs à avoir été trahis par leur langage corporel en franchissant le Green Channel. «Ils finissent par craquer au bout de quelques petites questions. Leurs bagages sont ensuite soumis à un scan.»

Et comment procèdent les agents lorsqu’ils soupçonnent que le suspect transporte de la drogue dans son corps ? «Un X-ray body cavity est fait à l’hôpital avec l’autorisation d’un magistrat.»

Redoubler de vigilance

Les autorités disent redoubler de vigilance concernant les passagers qui débarquent de certains vols en provenance de pays dits «sensibles». «Il se peut qu’il y ait quelques passagers qui aient pu traverser nos filets, mais nous faisons le maximum pour veiller à ce que les trafiquants ou les mules ne puissent opérer», insiste l’officier.

Le Vénézuélien Jose Ying Lopez Torres est, lui, bel et bien tombé dans les filets de la brigade antidrogue. C’est sur un vol en provenance de Nairobi que le trentenaire, qui devait séjourner dans la capitale pour quelques jours comme touriste, a débarqué à Maurice. Au préalable, il est passé par le Brésil, ensuite l’Éthiopie avant d’atterrir au Kenya et de là à Maurice.

Suivant cette arrestation, la question se pose : y aurai-t-il un axe Maurice-Amérique du Sud ? Pour les limiers de l’ADSU, il est encore tôt pour se prononcer. Le suspect, qui ne communique qu’en espagnol, n’a pas encore donné sa version des faits. À ce jour, il est le seul ressortissant d’Amérique du Sud à avoir été arrêté à Maurice dans une affaire de drogue.

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires