Taïwan: une voleuse «enceinte» fait passer deux chats en fraude à l’aéroport

Avec le soutien de
L’éleveuse de chats s’était aperçue de la disparition de ses deux petits félins, Anngi et Da Lili, le 5 février. 

L’éleveuse de chats s’était aperçue de la disparition de ses deux petits félins, Anngi et Da Lili, le 5 février. 

Une habitante de Hong Kong a réussi à faire passer en fraude deux chatons persans volés à travers les contrôles de sécurité du plus grand aéroport de Taïwan en les cachant sous ses vêtements et en faisant semblant d’être enceinte, a rapporté la presse locale mardi. 

Les autorités de l’aéroport de Taoyuan ont ouvert une enquête pour déterminer comment la suspecte avait pu franchir la zone de sécurité sans que sa contrebande féline ne soit repérée, a raconté Apple Daily.

Selon le tabloïd taïwanais, des images des caméras de l’aéroport montrent la femme, munie d’un sac blanc, sortir des toilettes plus ronde qu’elle n’y était entrée, puis franchir les contrôles de sécurité en vue de prendre un vol pour Hong Kong. 

Chang Chin-yi, une éleveuse de chats de Nouveau Taipei, a raconté à l’Agence France-Presse qu’elle s’était aperçue de la disparition des deux petits félins, Anngi et Da Lili, le 5 février. 

«C’était au moment de les nourrir. J’ai vu que les chats manquaient», a-t-elle expliqué dans son appartement situé dans une banlieue chic de Nouveau Taïpei. Elle y élève une quarantaine de chats persans, qui peuvent se vendre jusqu’à 3 300 dollars. 

Ses soupçons se sont immédiatement portés sur une Hongkongaise qui voulait acheter les deux félins. Mme Chang avait refusé finalement de lui vendre. 

«Elle est devenue folle en apprenant la nouvelle, elle pleurait et hurlait au téléphone», a-t-elle dit. 

Les images de vidéo surveillance prises devant l’appartement de Mme Chang montrent la femme quitter les lieux un chat sous chaque bras avant de les mettre dans un sac blanc.

L’éleveuse a raconté sur Facebook avoir demandé des explications à la suspecte, et celle-ci aurait fini par reconnaître le vol.

On ignore le sort qui sera réservé à Anngi et Da Lili. Les chats qui arrivent sans papiers à Hong Kong sont automatiquement placés en quarantaine ou risquent l'euthanasie.

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires